Tatouage, heavymods, et anesthésiant

Discussions sur un sujet du quotidien, questions rigolotes… Envie de discuter avec les users de sujets généraux sur les bodmods ? Par ici !

Tatouage, heavymods, et anesthésiant

Messagepar Pilouthai » Mar 17 Oct 2017 03:56

Edit admin : nouveau topic "Tatouage, heavymods, et anesthésiant" ouvert suite à discussion spécifique sur le sujet dans le topic "Le tatouage et la douleur".
Note : ce topic aborde la question des anesthésiants = produit injecté ou appliqué sur la peau (spray, crème) contenant une substance anesthésiante et non pas les antidouleurs/anti-inflammatoires (majoritairement sous forme de comprimés).

Pour rappel si nécessaire, tout produit accessible uniquement sur ordonnance ne devrait pas être utilisé sans raisons et avis et médicaux. Tout produit pharmaceutique même accessible sans ordonnance présente des risques d'effets secondaires, de surdosage, d'intolérance, etc, et doit également être utilisé dans un cadre qui le justifie.


-----------------------------





Personnellement, j'arrive justement à supporter une douleur par certaines crispations, notament au niveau des bras-mains, jambes-pieds et haut du dos... en retenant mon souffle et en créant une pression dans les oreilles ! Tout l'inverse du yoga que j'ai pratiqué il y a très longtemps ! Cela demande une grande énergie et j'ai besoin d'une très grande quantité de sucre pour cela (Je consomme dans ce cas un gateau style mille-feuilles ou éclair au chocolat toutes les 1/2 heures)
Plus jeune, j'arrivais à complètement l'effacer, ce que je n'arrive plus à faire aujourd'hui...
Pour moi, aujourd'hui, une détente par la respiration me rend la douleur totalement insupportable...
Lors de la deuxième séance, j'ai testé une astuce qui n'a pas mal fonctionné : boire beaucoup d'eau avant et surtout ne pas aller uriner... Je me suis aperçu que le fait d'avoir la vessie pleine, d'être sur le ventre et d'avoir terriblement envie d'uriner pendant le tatouage faisait qu'on en oubliait une grande partie de la douleur... Il faut pouvoir se retenir (j'ai l'habitude et y arrive plusieurs heures)
J'avoue que c'est intéressant de se faire tatouer... Nouvelles expériences (et tests) :lol:


Bon, j'avoue, mon rêve : Se faire tatouer sous anesthésie générale :lol: Ce serait vraiment génial et ce serait sans aucune hésitation pour moi !
L'expérience de l'hypnose aurait pour but, non pas de me détendre, mais de me déconnecter de la réalité et donc de la douleur...
Je suis de passage en France et j'ai rdv avec mon dermato semaine prochaine, je vais lui demander s'il a une idée !
Je sais que beaucoup vont bondir mais bon, je n'ai aucune approche philosophique du tatouage et donc seuls la réalisation du dessin et le tatouage terminé m'intéressent, sans les étapes intermédiaires !
Modifié en dernier par Krän le Mer 18 Oct 2017 10:58, modifié 6 fois.
Avatar de l’utilisateur
Pilouthai

Timide
 
Messages: 90
Enregistré le: 18 Sep 2017
Localisation: Thailande
Genre: Homme
Remercié: 0 fois

Re: Antidouleurs/Anti-inflammatoire et tatouage

Messagepar Mello » Mar 17 Oct 2017 08:57

Ce qui me fait bondir surtout, c'est le côté totalement disproportionné de l'anesthésie générale à côté d'un pauvre tatouage (d'autant plus quand on connait ses effets secondaires)
Heureusement que t'es pas une femme parce que sinon, tu demanderais une anesthésie pour chaque épilation, histoire de pas trop souffrir :lol:
Avatar de l’utilisateur
Mello

Investi
 
Messages: 384
Enregistré le: 08 Aoû 2015
Localisation: Lorraine
Genre: Non spécifié
Remercié: 6 fois

Re: Antidouleurs/Anti-inflammatoire et tatouage

Messagepar -Estelle- » Mar 17 Oct 2017 09:00

Tu as déjà fait une anesthésie générale pour dire ça ? Parce que j'en garde un très mauvais souvenir personnellement :grat:

EDIT: à moins que ce soit du second degré et que je l'ai pas perçu ?
Piercings: conch G, lobe G, 2*lobe D, septum, rook D
Avatar de l’utilisateur
-Estelle-

Investi
 
Messages: 664
Enregistré le: 02 Jan 2016
Localisation: Centre
Genre: Femme
Remercié: 7 fois

Re: Le tatouage et la douleur

Messagepar R. Flagg » Mar 17 Oct 2017 20:30

Question : sur le crâne, derrière la tête ? Ça doit vibrer un max ? Niveau douleur ça donne quoi ?
Avatar de l’utilisateur
R. Flagg

Curieux
 
Messages: 163
Enregistré le: 08 Juil 2016
Localisation: Maine et Loire
Genre: Homme
Remercié: 0 fois

Re: Le tatouage et la douleur

Messagepar Sheeva » Mer 18 Oct 2017 08:56

Je sors d’une séance de 3h sur les côtes et la hanche.
Ma tatoueuse est un peu bourrine, mais elle va vite, t’en chies vraiment, mais elle ne repasse pas 15 fois sur la même zone.

J’ai vraiment eu mal, très mal, notamment sur l’os de la hanche où il y a une grosse zone de noir. Sur le bourrelet de la hanche ou j’ai des vergetures, très douloureux aussi.
Sur les côtes, la zone la plus douloureuse pour moi a été celle juste sous le sein. Peut être aussi parce que c’est la qu’il y a eu le plus de remplissage.

On a fait une pause au bout de 45 min, après les tracés. Elle m’a proposé de la novocaine en spray, j’ai refusé parce que jusqu’a présent, je gérais pas trop mal la douleur.
Puis, elle a commencé le remplissage et la, ce fut très douloureux.
2e pause alors qu’il restait encore 20 minutes de pique.
Cette fois, j’ai accepté la novocaine. J’ai demandé à Nami si ça n’allait pas être plus compliqué pour tatouer mais elle m’a dit que la peau ne s’epaississait surtout qu’aux alentours de là où la peau était déjà « ouverte » et que c’était déjà tatoué.
Effectivement, soulagement total, je ne sens absolument rien. Mais ça ne marche qu’autour d’une peau déjà ouverte, si les 2 bords ouverts sont trop éloignés, la zone entre n’est pas anesthésiée.
Donc j’ai eu 10 minutes de répit ou j’ai pu me détendre un peu puis 10 minutes d’agonie.

Quand je sais que c’est Bientôt fini en plus, j’ai tendance à ne plus réussir à gérer ma concentration donc la douleur revient en force.

Bref, j’ai bien apprécié la novocaine, ça m’a permis de finir.
ma galerie Rainbow Black
Octobre/Janvier ==> Strange Dust
Gestionnaire @frenchtattooflash
Avatar de l’utilisateur
Sheeva

Investi
 
Messages: 934
Enregistré le: 21 Juil 2016
Localisation: Toulouse
Genre: Femme
Remercié: 24 fois
  • Adresse Galerie

Re: Le tatouage et la douleur

Messagepar Mello » Mer 18 Oct 2017 09:08

Je sais pas si ça vient de ma formation de juriste, mais voir des non-médecins balancer des médocs ou des anesthésie - même locale - comme ça en mode m&m's, ça me choque quand même pas mal. Et le pire dans tout ça c'est que si jamais un tatoué (ou bodmodé puisqu'on s'en sert aussi pour les découpes d'oreilles voire les tong split) fait une mauvaise réaction et que le tatoueur/modeur est condamné par la justice, ça va faire un tollé en mode ''ouaaaah la justice de meeeeerde'' :roll:
Avatar de l’utilisateur
Mello

Investi
 
Messages: 384
Enregistré le: 08 Aoû 2015
Localisation: Lorraine
Genre: Non spécifié
Remercié: 6 fois

Re: Le tatouage et la douleur

Messagepar Krän » Mer 18 Oct 2017 09:23

Mello a écrit: si jamais un tatoué (ou bodmodé puisqu'on s'en sert aussi pour les découpes d'oreilles voire les tong split) fait une mauvaise réaction et que le tatoueur/modeur est condamné par la justice, ça va faire un tollé en mode ''ouaaaah la justice de meeeeerde'' :roll:

Qu'est-ce qui te permet de supposer ça ?
Les personnes concernées (tatoueurs/bodmodeurs et clients) sont au courant qu'il ne faut normalement pas en utiliser. C'est fait en connaissance de cause.

A ma connaissance en France jusqu'à présent quand la justice s'est intéressée à des pratiques de bodmods c'est parce que des parents ont désapprouvé le choix (scarification, suspension, ...) de leurs enfants et ont saisi la justice.
Je ne m'intéresse pas spécialement aux "petites histoires" du milieu des bodmods donc il y a certainement des cas pour lesquels il y a eu moins d'informations qui ont circulées...
Dans les cas cités plus haut, je n'ai ni entendu ni lu quoi que ce soit se rapprochant de ce que tu dis Mello (que ce soit venant de clients ou de pro avec qui j'en ai discuté à l'époque).

Bien sûr il peut toujours y avoir une personne qui, bien qu'informée, se retourne contre le professionnel (en disant ne pas avoir été suffisamment informée, ne pas être consciente des risques n'ayant pas les connaissances nécessaires, …), ce sera alors très certainement le professionnel qui sera reconnu 100% en tort puisque c'est lui qui aura administré la substance et qu'il ne pourra pas faire la preuve que le client était pleinement conscient des risques (pas de décharge signée par exemple, puisque l'acte n'est normalement pas autorisé).
"Pigeon, Oiseau à la grise robe ~ Dans l'enfer des villes ~ À mon regard, tu te dérobes ~ Tu es vraiment le plus agile."
Avatar de l’utilisateur
Krän

Administrateur
 
Messages: 5514
Enregistré le: 27 Aoû 2013
Localisation: ¨¨
Genre: Homme
Remercié: 253 fois
  • Adresse Galerie

Re: Le tatouage et la douleur

Messagepar Poein » Mer 18 Oct 2017 09:28

Krän a écrit:Bien sûr il peut toujours y avoir une personne qui, bien qu'informée, se retourne contre le professionnel (en disant ne pas avoir été suffisamment informée, ne pas être consciente des risques n'ayant pas les connaissances nécessaires, …), ce sera alors très certainement le professionnel qui sera reconnu 100% en tort puisque c'est lui qui aura administré la substance et qu'il ne pourra pas faire la preuve que le client était pleinement conscient des risques (pas de décharge signée par exemple, puisque l'acte n'est normalement pas autorisé).


Etant juriste ça me choque pas outre mesure, seulement si les produits sont vendus sans ordonnance.

Concernant le devoir de conseil, ce serait au client de prouver qu'il a mal été informé, et non le contraire :D Mais j'ai jamais vu des cas dans mes études où dans les Tribunaux où je suis passé qui traitaient de ce genre de litige.
"Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents"
Avatar de l’utilisateur
Poein

Curieux
 
Messages: 133
Enregistré le: 27 Sep 2017
Localisation: Paris
Genre: Non spécifié
Remercié: 0 fois

Re: Le tatouage et la douleur

Messagepar Sheeva » Mer 18 Oct 2017 09:47

Ma tatoueuse m’a demandé si j’en avais déjà utilisé, et si j’y étais allergique à ma connaissance.
La question a été posée.

De plus, nous étions en Belgique, le spray n’appartenait pas à ma tatoueuse mais au shop où elle faisait le guest.
D’ailleurs, je me suis trompée, c’était de la vasocaïne.
Et ce n’est pas une crème, comme l’Emla. La peau n’était déformée. Ça agit en sous-cutané.

Je n’ai aucun regret de l’avoir utilisé.
J’avais fait 1000 km pour ce tatouage, c’était hors de question de repartir sans qu’il soit fini.
ma galerie Rainbow Black
Octobre/Janvier ==> Strange Dust
Gestionnaire @frenchtattooflash
Avatar de l’utilisateur
Sheeva

Investi
 
Messages: 934
Enregistré le: 21 Juil 2016
Localisation: Toulouse
Genre: Femme
Remercié: 24 fois
  • Adresse Galerie

Re: Le tatouage et la douleur

Messagepar Mello » Mer 18 Oct 2017 10:07

Krän : pour le moment la justice ne s'y intéresse pas parce qu'il n'y a pas eu de réels problèmes graves, mais ce n'est pas pour autant que cela n'arrivera jamais. Après tout, il suffit de lire certains sujets ici pour se rendre compte que certains médocs ''puissants'' circulent assez librement dans les shops et - pire - sont quelque fois refilé joyeusement avec une petite bière par-dessus pour faire descendre tout ça et se remettre de ses émotions.
Moi ce qui me gêne, ce n'est pas le mec qui va avoir un jour un soucis (qui peut en mourir hein dans le pire des cas, parce que les effets secondaires de certains médocs/association de médocs ça peut être des œdèmes, de quoi se retrouver avec la gorge qui enfle et crever bien joyeusement), mais ce qui m'emmerde c'est que s'il y a un jour de vrais lois qui sont adoptées concernant les bodmods, ben elles feront sans doute bien mal. Après tout, les bodmods lourdes ont pour le moment la chance de bénéficier d'un bon gros flou j'enfoutiste juridique, mais ça ne durera pas toujours ...

Poein : les anesthésiques, la codéine, et autres joyeusetés qui trimballent, c'est vendu sans ordonnance oui, et c'est bien ça qui me choque.
Là on parle pas de refiler un Doliprane, mais bien des médocs qui cognent un peu plus (et encore une fois, les heavy mod bénéficient quand même d'un sacré flou juridique parce qu'elles sont bien illégales quand même, et ce que ce soit au niveau des anesthésies utilisées, des médocs, du matériel, du fait de charcuter quelqu'un sans être médecin ... bref, la liste est longue)

Sheeva : c'était pas un reproche hein, je comprends très bien qu'en fin de séance, ça fait quand même du bien quand la douleur se calme ^^
Je souligne seulement qu'à force de distribuer joyeusement et surtout de se faire connaître de plus en plus (rien que sur le forum, y'a pas mal de nom qui circulent), ça fera bien mal un jour.

Après c'était juste un petit HS ^^
Avatar de l’utilisateur
Mello

Investi
 
Messages: 384
Enregistré le: 08 Aoû 2015
Localisation: Lorraine
Genre: Non spécifié
Remercié: 6 fois

Re: Le tatouage et la douleur

Messagepar Krän » Mer 18 Oct 2017 10:14

HS
Concernant le devoir de conseil, ce serait au client de prouver qu'il a mal été informé, et non le contraire

Comment fait le client puisque c'est une information orale, qu'aucun document n'est signé à ce sujet ?

Pourquoi les hôpitaux prennent ils la peine de faire signer des décharges de 3 pages indiquant que le patient est informé des risques, si c'est à ce dernier de faire la preuve qu'il n'était pas informé ? L'hôpital pourrait simplement dire "j'ai informé oralement le patient, qu'il fasse la preuve du contraire !", et il serait clean, hors ce n'est pas le cas.
J'ai bossé dans un service avec clients pour une très grosse société, j'ai vu passer des litiges, c'était toujours à la société de fournir les preuves (informations données, contrats signés, services fournis, etc).
On m'a appris en cours de droit (certes spécifiques au secteur d'activité) que le professionnel est considéré comme celui qui sait, qui est informé, et que le client est considéré comme ne sachant pas, donc c'est au professionnel de mettre en place des solutions pour informer le client et conserver la preuve qu'il l'a bien fait. Sinon en justice le client, victime, gagne aisément.)

/HS


Mello > il n'y a pas de lien entre ton premier post et ma réponse, et ton second post.
Je sais très bien ce que tu indiques. Je soulignais dans ma réponse que jusqu'à présent les faits n'allaient pas dans le sens de ce qui tu affirmais. À savoir que clients ou pro diraient "oh la vilaine justice" si un problème arrivait à un client.
Dans ton second message tu parles de lois, de restrictions générales sur les pratiques. Ce n'est pas la même chose.
"Pigeon, Oiseau à la grise robe ~ Dans l'enfer des villes ~ À mon regard, tu te dérobes ~ Tu es vraiment le plus agile."
Avatar de l’utilisateur
Krän

Administrateur
 
Messages: 5514
Enregistré le: 27 Aoû 2013
Localisation: ¨¨
Genre: Homme
Remercié: 253 fois
  • Adresse Galerie

Re: Le tatouage et la douleur

Messagepar Poein » Mer 18 Oct 2017 10:26

Krän a écrit:HS

On m'a appris en cours de droit (certes spécifiques au secteur d'activité) que le professionnel est considéré comme celui qui sait, qui est informé, et que le client est considéré comme ne sachant pas, donc c'est au professionnel de mettre en place des solutions pour informer le client et conserver la preuve qu'il l'a bien fait. Sinon en justice le client, victime, gagne aisément.)


C'est le cas dans la plupart des relations verticales. Et la loi le prévoit : le médecin a un devoir de conseil, le dirigeant d'entreprise est présumé connaître et avoir vérifié l'exactitude des bilans, etc.
Là, la loi ne prévoit rien de tout ça concernant l'activité de tatoueur, et je me pose la question lorsque la démarche est à l'origine du client. Ca marche dans les 2 sens : comment le tatoueur peut prouver qu'il a informé si c'est oral ? La solution la plus simple serait la signature d'une décharge, mais avec des si ...

Sinon maintenant, la codéine est vendue sur ordonnance. Après, les effets secondaires, etc. sont indiqués sur la notice (je ne cautionne pas ni ne critique, j'énonce juste ce qui est). Mais c'est une non question, la pratique des bodmods est tolérée par la justice. Et y a pas de contentieux : va sur legifrance et tape "tatouage" ou "tatoueur" dans mots clés : y a rien concernant ce problème, ce qui me fait penser que dans 9 cas sur 10, les gens sont conscients qu'il y a un risque.
"Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents"
Avatar de l’utilisateur
Poein

Curieux
 
Messages: 133
Enregistré le: 27 Sep 2017
Localisation: Paris
Genre: Non spécifié
Remercié: 0 fois

Re: Tatouage, heavymods, et anesthésiant

Messagepar Mello » Mer 18 Oct 2017 10:33

Krän : Je plussoie, c'est au professionnel de prouver qu'il a informé, mais aussi que la personne en face a bien compris ce qui lui a été dit.

Mais au-delà de cette décharge, il y a quand même pas mal de soucis qui se posent si on creuse un peu, parce que refiler des médocs qui ne peuvent être obtenus que sur ordonnance, c'est illégal. De même qu'il est illégal de pratiquer certaines heavy mods comme le tong split ou les oreilles d'elfe. Alors oui pour le moment, youpi youpi yaaaa, il n'y a jamais eu de soucis grave. Mais le jour où il y en aura, ça risque quand même de mal se finir.
Et à mon avis, si un jour la loi interdit purement et simple tous les bodmods (y compris le tatouage), parce qu'il y a eu dérapage grave, ça risque quand même de ruer dans les brancards.

Poein : dans la mesure où la loi ne prévoit effectivement rien concernant les bodmods, on peut donc penser qu'il faut assimiler ça à un acte médical, donc c'est au professionnel de prouver qu'il a informé et que le patient a bien compris. Mais ce ne sont effectivement que des suppositions, et si la jurisprudence pourrait un jour se montrer conciliante (comme dans le cas du BDSM), rien ne dit qu'elle le sera aussi pour les bodmods (qui pour certaines relèvent ni plus ni moins que de la mutilation).

Après je pense très honnêtement que lorsque tu souffres et que le tatouer te dit ''tiens vla un cacheton de codéine, avale avec une gorgée de bière et ça ira mieux'', ben 9 personnes sur 10 vont faire confiance au tatoueur ''parce qu'il sait'' et ne même pas demander la notice. Donc effectivement, pour le moment pas de cas grave, donc pas de procès, donc ni vu ni connu je t'embrouille. Mais le jour où il y aura un soucis, moi j'attends de voir le mec qui va dire ''ben oui, j'ai couper la langue de mon client en deux/lui ai taillé les oreilles en pointe/lui ai refilé un cacheton qui l'a fait crever'' mais c'est pas ma faute, il a dit ''oui''.
Avatar de l’utilisateur
Mello

Investi
 
Messages: 384
Enregistré le: 08 Aoû 2015
Localisation: Lorraine
Genre: Non spécifié
Remercié: 6 fois

Re: Tatouage, heavymods, et anesthésiant

Messagepar Krän » Mer 18 Oct 2017 10:43

Poein a écrit: La solution la plus simple serait la signature d'une décharge, mais avec des si ...

Il y a des tatoueurs/pierceurs qui en font signer une.
Mais a aucun moment l'usage de produits anesthésiants est évoqué puisque ces produits sont délivrés sur ordonnance donc leur usage dans le cadre du tatouage ou autre n'est pas prévu / pas permis.

la loi ne prévoit rien de tout ça concernant l'activité de tatoueur, et je me pose la question lorsque la démarche est à l'origine du client.

Le statut de tatoueur n'existe pas en tant que profession donc ils sont enregistrés dans différentes catégories qui sont du "service" à la personne (de même type qu'esthéticien par exemple).

Ca marche dans les 2 sens : comment le tatoueur peut prouver qu'il a informé si c'est oral ?

Tu disais que ce serait au client de faire la preuve qu'il n'avait pas été informé. ;)
De mon côté je disais l'inverse et tu as repris mon propos, faudrait savoir. :D (je taquine mais pour dire que c'est donc plus compliqué que d'estimer que c'est au client de faire la preuve dans le cas du tatouage/bodmods comme évoqué au départ :) ).


Mais c'est une non question, la pratique des bodmods est tolérée par la justice. Et y a pas de contentieux : va sur legifrance et tape "tatouage" ou "tatoueur" dans mots clés : y a rien concernant ce problème, ce qui me fait penser que dans 9 cas sur 10, les gens sont conscients qu'il y a un risque

C'est effectivement un flou juridique sur le sujet comme le soulignait Mello.
Pour autant, en cas de procès, je doute que les responsabilités soient "50/50" client/bodmodeur, le professionnel qui fournit le service est généralement considéré pluS responsable que le client (considéré comme) non averti (au sens connaissance du sujet, pas au sens 'pas préalablement informé').


Mello a écrit:la jurisprudence pourrait un jour se montrer conciliante (comme dans le cas du BDSM), rien ne dit qu'elle le sera aussi pour les bodmods (qui pour certaines relèvent ni plus ni moins que de la mutilation).

C'est clairement un gros risque quand on voit comment se positionnent les "sages" sur le sujet. :|
"Pigeon, Oiseau à la grise robe ~ Dans l'enfer des villes ~ À mon regard, tu te dérobes ~ Tu es vraiment le plus agile."
Avatar de l’utilisateur
Krän

Administrateur
 
Messages: 5514
Enregistré le: 27 Aoû 2013
Localisation: ¨¨
Genre: Homme
Remercié: 253 fois
  • Adresse Galerie

Re: Tatouage, heavymods, et anesthésiant

Messagepar Poein » Mer 18 Oct 2017 10:48

Mello a écrit:Poein : dans la mesure où la loi ne prévoit effectivement rien concernant les bodmods, on peut donc penser qu'il faut assimiler ça à un acte médical, donc c'est au professionnel de prouver qu'il a informé et que le patient a bien compris. Mais ce ne sont effectivement que des suppositions, et si la jurisprudence pourrait un jour se montrer conciliante (comme dans le cas du BDSM), rien ne dit qu'elle le sera aussi pour les bodmods (qui pour certaines relèvent ni plus ni moins que de la mutilation).


Ca ne pourra certainement pas être assimilé à un acte médical, qui a pour but la prévention, la guérison ou le soulagement. Mais si tu extrapoles, y a aucun article de loi qui autorise un médecin à t'ouvrir le bide pour te retirer l'appendice. Pourtant c'est reconnu et personne n'est poursuivi pour ça :lol:

Pour le BDSM, y a une notion de consentement et de limite. Mais dans ce cas, le tatouage peut rentrer dans les considérations de l'arrêt K.A. c/ Belgique que je vous mets partiellement :

"La Cour européenne des droits de l’homme rappelle que la vie sexuelle est une composante de la vie privée, protégée à ce titre par la Convention. C’est pourquoi un Etat ne peut porter atteinte au droit à la vie privée, prévu à l’article 8, que si « les juridictions nationales ont soulevé la question, en l’espèce dans le cas concret considéré du « consentement de la victime ».

En outre, le droit à la vie privée de l’article 8 comprend le « droit à l’épanouissement personnel », y compris dans le domaine des relations intimes, ce qui peut engendre un droit d’opérer des choix concernant son « propre corps ». La Cour en conclut que « le droit pénal ne peut en principe intervenir dans le domaine des pratiques sexuelles consenties, qui relèvent du libre arbitre des individus », sauf « des raisons particulièrement graves », ici en l’espèce réunies, puisque l'épouse demandait sans succès l’arrêt des blessures qui lui étaient infligées et était ainsi privée du moyen d’arrêter « une escalade de violence ». Ce n’est que dans la mesure où dans l’espèce l’auteur des blessures a continué malgré la demande d’arrêt du masochiste, que la Cour estime que la condamnation du premier par le juge pénal belge est justifiée."


Donc j'entends bien que tu ne consens pas à mourir à cause d'un tatouage. Mais y a un libéralisme sur la question et on ne pourra jamais interdire les bodmods, sous couvert du consentement de la "victime"


Tu disais que ce serait au client de faire la preuve qu'il n'avait pas été informé. ;)
De mon côté je disais l'inverse et tu as repris mon propos, faudrait savoir. :D


Oui non mais je prends pas position pour l'un ou pour l'autre, je dis juste que comme la loi ne réglemente pas SPECIFIQUEMENT la profession de tatoueur et ne lui impose pas un devoir de conseil, je me demande comment serait traitée la question. ET J'AI PAS BU DE CAFE CE MATIN, donc je m'embrouille un peu en lisant.

PS : Vive les arrêts sur le SM qui égayent les étudiants en droit :bfouet:
"Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents"
Avatar de l’utilisateur
Poein

Curieux
 
Messages: 133
Enregistré le: 27 Sep 2017
Localisation: Paris
Genre: Non spécifié
Remercié: 0 fois

Re: Tatouage, heavymods, et anesthésiant

Messagepar Mello » Mer 18 Oct 2017 10:54

Sauf que le BDSM bénéficie de ces ''largesses'' parce que les cas commencent à remonter, et aussi parce qu'ils concernent les cas qui ne sont pas graves (mettre une fessée à ta partenaire, c'est effectivement toléré ... mais le mec qui a tué sa partenaire pendant une séance de shibari, il se l'ait pris dans l'os)

Là dans notre cas, on a non seulement le soucis de la mutilation (parce que couper des langues ou des oreilles, d'un point de vue juridique, c'est un peu de la mutilation quand même), mais aussi le soucis de refiler des médicaments disponibles sur ordonnances uniquement et qui sont administré par des gens qui ne sont pas médecins (et les anesthésies, la codéine, le tramadol - le petit chouchou qui circule énormément en ce moment d'ailleurs - ça peut entraîner des conséquences graves). Et comme dit Krän, vu les tentatives qu'il y a déjà eu (comme l'interdiction des tatouages en couleur), il y a fort à parier que les décisions ne soient pas gentilles.

(et d'ailleurs si on va par là, les bodmods en général posent une foultitude assez incroyable de soucis vu l'absence de réglementation, et le flou ne durera pas toujours)
Avatar de l’utilisateur
Mello

Investi
 
Messages: 384
Enregistré le: 08 Aoû 2015
Localisation: Lorraine
Genre: Non spécifié
Remercié: 6 fois

Re: Tatouage, heavymods, et anesthésiant

Messagepar Skogkatt » Mer 18 Oct 2017 10:56

Y'a un bout de discussion par là aussi: viewtopic.php?f=16&t=3033
Skogkatt

Investi
 
Messages: 1041
Enregistré le: 11 Jan 2014
Localisation: Auvergne
Genre: Femme
Remercié: 9 fois

Re: Tatouage, heavymods, et anesthésiant

Messagepar Panthera » Mer 18 Oct 2017 11:01

Anesthésie général pour un tatouage ? :grat: Je pense pas que c'est une bonne idée non. Éventuellement anesthésie locale mais un tatouage il y a quand même un besoin d'être très conscient de ce qui se passe. Je veux dire imaginé que le tatoueur se loupe ou a mal compris. Le tatoué se réveil avec un tatouage qu'il n'a pas désiré, si je dis pas de bêtise c'est arrivé avec la nana aux étoiles sur la tronche et je doute très franchement qu'elle a demandé 56 étoiles précisément sur la tête, 3 tout au plus à mon avis qu'elle soit réveillée ou non. Y a aussi un cas de quelqu'un qui avais bu sur conseil du tatoueur pour "atténuer l'appréhension du tatouage" et avais terminé avec une merde ( oui littéralement une défécation tatouée sur le dos ). Sans compter ce qui pourrait se passer en étant complètement endormie ( attouchement ou viol ) et attention je dis pas que les tatoueurs ou tatoueuses sont des tripoteuses, que on dise pas que j'insinue des choses mais avec ce qu'il se passe de nos jours, je préfère me méfier.

De plus anesthésie dit médecin. Y a t'il un médecin tatoueur dans la salle ? :lol:

Après pour l'anesthésie locale en spray ou crème, je suis partagée. Je suis pas totalement contre l'idée mais je suis d'accord sur le principe de la décharge ou information par écrit ( les paroles s'en vole, les écrits reste ), sur le fait de faire vérifier par un médecin ( traitant ou dermatologue) que la personne ne risque pas de déclarer une réaction allergique au produit, sur le fait que une ordonnance soit réalisée si la prescription nécessite une ordonnance.
Avatar de l’utilisateur
Panthera

Investi
 
Messages: 1202
Enregistré le: 30 Oct 2013
Localisation: Menton
Genre: Femme
Remercié: 9 fois
  • Adresse Galerie

Re: Tatouage, heavymods, et anesthésiant

Messagepar Poein » Mer 18 Oct 2017 11:16

Mello a écrit:mais aussi le soucis de refiler des médicaments disponibles sur ordonnances uniquement et qui sont administré par des gens qui ne sont pas médecins (et les anesthésies, la codéine, le tramadol - le petit chouchou qui circule énormément en ce moment d'ailleurs - ça peut entraîner des conséquences graves). Et comme dit Krän, vu les tentatives qu'il y a déjà eu (comme l'interdiction des tatouages en couleur), il y a fort à parier que les décisions ne soient pas gentilles.

(et d'ailleurs si on va par là, les bodmods en général posent une foultitude assez incroyable de soucis vu l'absence de réglementation, et le flou ne durera pas toujours)


Le seul risque ici, ce sera l'exercice illégal de la profession de médecin. Après y aura toujours des problèmes. Les cas graves sont rares. Dans ce cas là, autant interdire les parcs d'attraction parce qu'il y a un risque de crever à chaque looping. On extrapole, évidemment. Ce que je veux dire, c'est qu'on pourra jamais tout prévoir, ni nous, ni la loi. Evidemment que les cas d'extrême négligence seront punis par la loi (comme pour le shibari). Mais il y a des cas où le SM implique des mutilations. Et il est autorisé d'un point de vue européen. Si la France interdit les tatouages ou a un jugement qui s'y apparenterait, tu peux être sûr de te prendre un coup de CEDH dans la face tellement ils sont libéraux sur le sujet (convention mères-porteuses, suicide assisté, BDSM pour ne citer que ces exemples).

PS : C'est moi où l'on dérive un peu trop ? Ahah
"Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents"
Avatar de l’utilisateur
Poein

Curieux
 
Messages: 133
Enregistré le: 27 Sep 2017
Localisation: Paris
Genre: Non spécifié
Remercié: 0 fois

Re: Tatouage, heavymods, et anesthésiant

Messagepar Mello » Mer 18 Oct 2017 11:57

Panthera : c'est sûr que l'anesthésie générale pour un tatouage, c'est juste du grand n'importe quoi.
Après si le truc était médicalement encadré pour une locale, avec l'intervention d'un médecin en cas de douleurs vraiment grandes ... pourquoi pas ? (quoi que d'un point de vue très personnel, j'estime qu'un tatouage est un acte volontairement décidé et ce en sachant que ça fait mal, donc j'estime qu'il faut aussi savoir assumer ses choix jusqu'au bout)

Poein : sauf qu'aller voir Mickey, c'est toujours moins dangereux que se descendre une boite de codéine/tramadol, faut aussi être réaliste.
Et même si la CEDH a effectivement des tendances assez libérale, je la vois assez mal autoriser des non-médecins à distribuer cachetons et anesthésie joyeusement (et encore une fois, ne parlons même pas des heavy mods qui sont purement et simplement de la mutilation au regard du droit)
Avatar de l’utilisateur
Mello

Investi
 
Messages: 384
Enregistré le: 08 Aoû 2015
Localisation: Lorraine
Genre: Non spécifié
Remercié: 6 fois

Suivante

Retourner vers Papotage autour des Bodmods

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités