Brutal Black, l'art de faire mal

Un article sur le tattoo, un bon bouquin à partager, un sujet de société… Viens échanger et te cultiver dans cette zone.

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar kaptn_kvern » Mar 19 Sep 2017 15:35

Frère Toine a écrit:
Bett a écrit:Ils préparent un nouveau projet brutal black pour la fin d'année en Italie. D'après leurs dires, le projet qui a lancé brutal black (des lignes tout du long du corps ainsi que le visage, je trouve plus l'insta du mec) c'était un jeu d'enfant.

J'ai hâte de voir ce que ça va donner :P

ce n'est pas le concept qui me pose problème, c'est leur excuse nous on fait du tatouage rituel, fuck la mode, fuck les médias. Ils font exactement ce qu'ils dénoncent donc du coup le concept n'a aucun sens, ça tombe à l'eau.
C'est vraiment pas le rapport à la douleur qui me choque c'est juste leur profonde hypocrisie.


Complètement d'accord avec Frère Toine.
Avatar de l’utilisateur
kaptn_kvern

Investi
 
Messages: 624
Enregistré le: 08 Oct 2013
Genre: Non spécifié
Remercié: 5 fois

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar Bett » Mar 19 Sep 2017 15:59

Au temps pour moi je n'avais pas compris Frere Toine. Je suis d'avis avec toi sur ce point, au même titre que Little Swastika qui "fuck the media society" mais n'hésites pas à faire sa pub dessus en passant par la page de son shop, sa meuf etc.
Je pense qu'ils font ca surtout pour avoir de la visibilité et toucher un plus grand public, de ce fait, ca enleve pas mal de charme/symbolique à leur projet je trouve... (mais tout le monde le fait (Grace Neutral) donc bon... et ce qui ne le font pas reste des inconnus en dehors du monde de la bodmod, comme Shiva108 par exemple)
N'empêche que je suis quand meme curieux de voir la prestation qu'ils vont faire en fin d'année!!!
Avatar de l’utilisateur
Bett

Investi
 
Messages: 576
Enregistré le: 26 Avr 2016
Localisation: 77
Genre: Non spécifié
Remercié: 13 fois
  • Adresse Galerie

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar mavhoc » Mar 19 Sep 2017 17:40

Moi j'avoue que le côté "on revendique la douleur comme un truc super fort duquel on tire une fierté" continue à me faire penser à des virilistes en mal de reconnaissance... Je reprends le même exemple que sur la première page, mais généralement les gens qui ont réellement eu à souffrir (physiquement) dans leur vie ne tirent guère une fierté de cette souffrance et auraient préféré l'éviter... Pour moi ça reste du petit bourgeois qui veut être un guerrier parce qu'il se sent pas "homme".

Alors que bon, je sais pas, mais si vous voulez vraiment de la souffrance, faites en de la mental : allez animer des activités pour enfants malades ... Là c'est sûr que c'est de la souffrance qui ne laisse pas indemne, sauf que bon, après c'est moins facile de s'afficher dans "Vice". :roll:
Le tatouage, tout comme la vie, n'est pas un concours
Avatar de l’utilisateur
mavhoc

Investi
 
Messages: 597
Enregistré le: 27 Sep 2013
Localisation: Île de France
Genre: Homme
Remercié: 3 fois
  • Adresse Galerie

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar Kini » Mar 19 Sep 2017 19:26

Donc une souffrance physique a moins de valeur qu'une souffrance mentale.
D'ailleurs ça sous-entendrai qu'une douleur physique n'est jamais accompagnée d'une douleur mentale? Existe-t-il d’ailleurs une réelle limite bien définie entre ces deux domaines?
Et on n'aurait donc pas le droit de ressentir de la fierté d'avoir appris à connaitre ses limites, les subir et tenter d'en prendre un certains contrôle, en soit, apprendre à repousser ses limites vis-à-vis de soit même, sous prétexte qu'on a décidé de cette souffrance?
Certains tatoués "classiques" savent que al douleur physique peut aussi servir à évacuer une douleur morale. Certains sportifs aussi.

Comparer une souffrance qu'on subit et une qu'on choisi n'a pas de sens, l'origine n'est pas la même, le but n'est pas le même, et il est évident que le résultat (recherché) n'est pas le même.

Et puis franchement, je pense qu'au moment où le gars est en train de se faire lacérer la peau à coup de dermo, il ne doit pas vraiment avoir en tête son passage dans le prochain article de Vice.
Kini

Donateur
 
Messages: 483
Enregistré le: 09 Oct 2013
Localisation: --
Genre: Non spécifié
Remercié: 73 fois

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar mavhoc » Mer 20 Sep 2017 09:45

Tu dis plein de trucs intéressants Kini, je trouve, mais certains sont éloignés du tatouage à mon goût (même s'ils répondent bien à des propos qui eux-mêmes étaient encore à propos du tatouage, s'en éloignait) et d'autres, je pense peuvent être tout simplement renvoyé à ce que je disais sur la page précédente : à savoir que je ne suis pas du tout contre l'idée de la douleur dans le tatouage, mais qu'il existe une différence fondamentale entre une personne qui utilise la douleur du tatouage comme un élément du rituel, mais non comme son centre. Pour reprendre l'exemple que j'avais pris : une personne qui porte un tatouage de deuil et veut souffrir dans sa chaire pour incarner la douleur de cette perte, je le comprends très bien et ça gagne une nouvelle facette.
Or, ici, la douleur est l'élément central, non pas annexe, non pas à côté, mais bien central. Je recite "la douleur est éphémère, la fierté éternelle" ... A-t-on besoin de souligner l'aspect viriliste et pseudo-combattif d'un tel propos ? Le concept est bien, dans le "brutal black" de mettre la douleur comme l'élément fondateur du tatouage, prétendant retrouver une origine perdue, ce qui est totalement faux puisque le tatouage tribal était douloureux non par choix mais bien par obligation : on n'avait pas d'autres techniques. On en a déjà parlé sur la page précédente mais il y a une certaine mécompréhension de l'aspect "douleur" dans le tatouage primitif je trouve. Encore une fois, le conept du brutal black est "on fait un truc qui revient à l'origine en faisant quelque chose de brutal et douloureux" ce qui est à peu près l'inverse du tatouage originel qui justement vise la subtilité le plus souvent, non la brutalité, et tente tant bien que mal de diminuer la douleur. La douleur n'est qu'une condition obligatoire, mais non nécessaire, juste présente, du tatouage chez de nombreux peuples.
Or le Brutal Black perd également l'aspect "artistique". Si je prends l'exemple du tatouage maori, que j'ai un peu étudié ces vacances, et qui est incroyablement douloureux, on voit que la douleur était justement tenté d'être diminué et que l'aspect artistique était fondateur, je dirai même que c'était le plus important possible (en faisant un lien rapide avec le concept d'art).

Le Brutal Black ne revendique, lui, sous couvert de "pseudo-rébellion" (en étant, in fine, totalement main stream au contraire) la brutalité de l'acte, la rapidité de l'exécution, la douleur, la fierté à souffrir et donc l'oeuvre laissée derrière. Le tout à grand renfort de com' digne d'un élève bourgeois d'une école de communication (paye ton rebelle).

Et puis franchement, je pense qu'au moment où le gars est en train de se faire lacérer la peau à coup de dermo, il ne doit pas vraiment avoir en tête son passage dans le prochain article de Vice.


Là-dessus j'ai un gros doute. Il me suffit d'ouvrir Instagram ou Facebook pour voir les gens fiers de partager leur "douleur" : matez comment j'ai souffert pour mon tatouage mais il est trop boooooooo. Je ne suis pas naïf : je suis sûrement pareil. Mais je ne revendique pas d'être un rebelle pour ma part. On n'a de cesse de s'afficher, d'afficher ses efforts, sa "force", etc. Donc si, je pense sincèrement qu'un mec qui se fait lacérer la peau peut penser largement à son petit égo-trip qu'il aura avec cela :roll: (Et je dis ça sans oublier qu'on est sur un forum où il y a des selfie durant les séances, donc je jette la pierre, mais je la reçois aussi hein, ne soyons pas naïfs, ne nous prenons pas pour meilleur que nous ne sommes).


Comparer une souffrance qu'on subit et une qu'on choisi n'a pas de sens, l'origine n'est pas la même, le but n'est pas le même, et il est évident que le résultat (recherché) n'est pas le même.


Comme je disais, je suis entièrement d'accord. D'où mon problème avec la com' de cette équipe qui revendique justement un aspect originel, fondateur et un côté "guerrier". C'est un peu comme la mode "viking" en ce moment, on sort totalement du contexte et on oublie que nous, on a la beauté du choix, que du coup, tenter de revendiquer cette belle force physique d'avant c'est un peu niais.
Là encore, il suffit de revoir la com' de Brutal Black pour voir qu'ils jouent quand même la carte "nous on revient aux fondamentaux". Mais encore une fois, je suis totalement d'accord avec ton propos et c'est bien ce que je reproche ^^


Et on n'aurait donc pas le droit de ressentir de la fierté d'avoir appris à connaitre ses limites, les subir et tenter d'en prendre un certains contrôle, en soit, apprendre à repousser ses limites vis-à-vis de soit même, sous prétexte qu'on a décidé de cette souffrance?

Sans parler des tatoués eux-mêmes, puisqu'on parle ici du concept et de l'équipe, c'est le fait de baser un travail dessus qui me dérange. Si le mec a besoin de tenter cela pour "repousser ses limites", grand bien lui fasse. Enfin personnellement, je trouve ça d'une prétention folle ... Pour ma part, j'ai pas spécialement mal durant une séance de tatouage et pourtant je me considère pas du tout comme résistant à la douleur. Là encore ça rejoint l'idée que c'est un mauvais contexte : résister au tatouage douloureux c'est juste résister dans un cadre "bourgeois". On sait tous que la douleur la plus terrible ne prévient pas, qu'elle surprend. Dès lors dire "je suis un guerrier ... le 4 avril à 10h15, heure de ma séance que j'ai programmé à l'avance" je trouve ça assez drôle. Pour moi c'est tenter de mettre en place un petit rituel de pseudo-guerrier, là encore coupé de toute réalité contextuelle.
Ce qui me dérange donc c'est qu'une boutique soit "vendeuse de fierté" ... Les mecs se sentent trop cools, trop différent, avec une belle com' bien lisse et eux ils te proposent d'avoir une "fierté éternelle" ... Putain, ça coûte quoi ? 200-300 balles ? Pas cher l'éternité !


Et on n'aurait donc pas le droit de ressentir de la fierté d'avoir appris à connaitre ses limites, les subir et tenter d'en prendre un certains contrôle, en soit, apprendre à repousser ses limites vis-à-vis de soit même, sous prétexte qu'on a décidé de cette souffrance?


C'est un peu ce que je reproche justement : dès lors que tu te mets dans cette situation, tu ne repousses tes souffrances que de manière très superficielle à mon sens. Surtout, tu le fais dans le cadre d'une boutique qui "vend cela"... Personnellement, je trouve que la nana qui veut son underboobs sans se préoccuper de la douleur repousse bien plus ses limites que celui qui se fait tatouer pour la douleur. La première a vaincu sa douleur pour un objectif qui dépasser la souffrance là où le second n'a agit que pour voir la douleur, il ne s'y confronte pas, il lui dit "coucou".


Certains tatoués "classiques" savent que al douleur physique peut aussi servir à évacuer une douleur morale. Certains sportifs aussi.

Encore une fois on est d'accord :) Comme je le disais en haut. Je peux comprendre que si tu n'as pas lu mes autres messages tu ais pu mal interpréter :) Mais je crois que fondamentalement on ne doit pas être si en désaccord que ça.


Enfin ça n'a pas de rapport mais ça m'intéresse quand même un peu.

Kini a écrit:Donc une souffrance physique a moins de valeur qu'une souffrance mentale.
D'ailleurs ça sous-entendrai qu'une douleur physique n'est jamais accompagnée d'une douleur mentale? Existe-t-il d’ailleurs une réelle limite bien définie entre ces deux domaines?


Personnellement je suis très amateur de destruction mental, d'esprits brisés, etc. Voir à quel point l'humain peut chercher à détruire l'autre non pas seulement dans sa chair mais aussi dans son "âme" m'intrigue autant que cela m'émeut. Et je dois dire que la réponse semble, à mon sens du moins "oui la souffrance mentale est pire que la souffrance physique" (on remarque d'ailleurs que justement la souffrance physique peut être vaincu par le mental, non l'inverse).
Ca n'a pas de rapport réel avec la conversation et ma position est clairement dirigée mais au vu de ce que l'homme a infligé d'horrible ces 120 dernières années aux corps comme aux âmes, on voit que ceux qui l'ont subit se plaigne plus du second que du premier. Donc bon :bfouet:



Voilà, j'espère que ma réponse (malgré le pavé) est claire sur "pourquoi je ne suis pas contre la douleur dans le tatouage, loin de là, mais que je considère Brutal Black comme totalement loin de ce qui est honorable dedans".
Le tatouage, tout comme la vie, n'est pas un concours
Avatar de l’utilisateur
mavhoc

Investi
 
Messages: 597
Enregistré le: 27 Sep 2013
Localisation: Île de France
Genre: Homme
Remercié: 3 fois
  • Adresse Galerie

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar Giulietta » Mer 20 Sep 2017 18:06

Garance a écrit:j'aime bien quand même.
Mon coté black metal qui ressort sans doute. :lol:


Mais pareil ! L'expérience m'aurait bien tentée à vrai dire, dans une autre vie :mrgreen:
Black Chamane : l'air, l'eau, la Terre, c'est la vie...ça dépend sous quel Angle on la prend (pas mal hein, la citation inspirée par l'AngleTerre)
Avatar de l’utilisateur
Giulietta

Investi
 
Messages: 423
Enregistré le: 30 Sep 2013
Genre: Non spécifié
Remercié: 3 fois

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar Moebius » Mer 20 Sep 2017 18:23

Pratique intéressante, mais sans doute sans grand avenir ...
Comme beaucoup j' ai du mal à trouver un coté artistique au truc, et j' avoue avoir du mal à saisir le coté rite initiatique :grat:
Pour voir ma modeste galerie de planches originales c' est par ici : http://www.2dgalleries.com/profile/Charlab
Avatar de l’utilisateur
Moebius

Curieux
 
Messages: 242
Enregistré le: 14 Avr 2017
Localisation: france
Genre: Homme
Remercié: 0 fois

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar Garance » Jeu 21 Sep 2017 10:11

C'est drôle moi j'aime plutôt bien le résultat.
Mais bon je suis très tattoo vachements noirs en même temps. J'adore aussi les trucs en dot et gravure sans ombrages gris, forcément.
"Faut mettre du beurre dans l'fond du plat pour pas qu'le gratin colle"
Avatar de l’utilisateur
Garance

Investi
 
Messages: 314
Enregistré le: 05 Sep 2017
Localisation: Asnières-sur-Seine
Genre: Non spécifié
Remercié: 1 fois

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar rage » Jeu 21 Sep 2017 12:53

Bordel ce que certain d'entre vous (suivez mon regard :roll: ) sont premier dégrée et casse bonbons!
Laissez les bien dire ce qu'ils veulent s'ils le ressentent comme ça.
Avatar de l’utilisateur
rage

Curieux
 
Messages: 126
Enregistré le: 28 Sep 2015
Localisation: France
Genre: Non spécifié
Remercié: 0 fois

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar Destal » Jeu 21 Sep 2017 12:57

Le résultat me plaît bien aussi, et la démarche ne me paraît spécialement contradictoire ou hypocrite, en tout cas pendant les quelques minutes ou heures où tu prends cher, c'est réel. Je kiffe 3Kreuze.
Modifié en dernier par Destal le Jeu 21 Sep 2017 14:45, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Destal

Investi
 
Messages: 818
Enregistré le: 06 Juin 2016
Localisation: NANTES
Genre: Homme
Remercié: 23 fois
  • Adresse Galerie

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar mavhoc » Jeu 21 Sep 2017 13:22

rage a écrit:Bordel ce que certain d'entre vous (suivez mon regard :roll: ) sont premier dégrée et casse bonbons!
Laissez les bien dire ce qu'ils veulent s'ils le ressentent comme ça.


Bien sûr qu'on laisse les gens dirent ce qu'ils veulent, je remarque juste qu'on ait plus prompte à sauter sur une gamine qui a 18 ans se fait un infini en se croyant unique que sur des pseudo-rebelles parce «m'voyez nous c'est de l'art». Que le mec qui fasse ça kiffe s'il veut, qu'il revendique des trucs derrières qui demandent 5 minutes pour voir les incohérences, il peut aussi, faudra juste pas s'étonner si on le fait remarquer.
Le tatouage, tout comme la vie, n'est pas un concours
Avatar de l’utilisateur
mavhoc

Investi
 
Messages: 597
Enregistré le: 27 Sep 2013
Localisation: Île de France
Genre: Homme
Remercié: 3 fois
  • Adresse Galerie

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar rage » Jeu 21 Sep 2017 13:52

Incohérences pour TOI. Tu le fais exprès ou bien? Tu interprètes avec tes valeurs quelque chose que tu ne connais pas, et qui t'es juste transposé à travers un média à sensation... :geek:
Avatar de l’utilisateur
rage

Curieux
 
Messages: 126
Enregistré le: 28 Sep 2015
Localisation: France
Genre: Non spécifié
Remercié: 0 fois

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar Dim » Jeu 21 Sep 2017 14:00

Où est-ce que j'ai pu mettre mon popcorn ? :?
Je suis parti en couilles et ne suis jamais revenu.
Avatar de l’utilisateur
Dim

Accro
 
Messages: 1801
Enregistré le: 11 Sep 2013
Localisation: **
Genre: Non spécifié
Remercié: 112 fois

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar mavhoc » Jeu 21 Sep 2017 14:12

A partir du moment où tu tombes dans un relativisme fort (qui consiste à dire que chaque discours n'a de sens que pour celui qui le prononce) je vois pas trop en quoi en parler a effectivement d'intérêt :) Il pourrait dire que grâce à cette forme de tatouages ils deviennent d'une race supérieure, ou à l'inverse qu'en faisant ainsi ils obtiennent une vision cauchemardesque du grand Cthulhu dans les deux cas on pourra me répondre que "tu peux pas juger parce que ce sont pas tes valeurs".

Cela dit, justement c'est exactement ce que je reproche de base : vouloir calquer des prétendues valeurs en les sortant totalement de leur contexte. Ce n'est pas moi qui parle de rituel (en oubliant totalement le sens du mot d'ailleurs), ni de revenir à une époque où le tatouage était un rite de passage (là encore c'est historiquement aussi maîtrisé que moi et le japonais). D'ailleurs je peux pas m'empêcher de rire en lisant "On voulait un retour au primitif, à cette époque où le tatouage était un rite de passage : on voulait repousser les limites de nos clients". Avoir dans la même phrase "primitif", "rite de passage" et "client" me paraît quand même foutrement drôle puisque le concept même de client invalide les deux autres notions.
Puis encore une fois le projet est vachement prétentieux, il prétend revenir à une brutalité originelle, en disant que nous on est une société trop douce et calme (ce qu'on pourrait déjà discuter). Pour moi, là encore ça fait très petit bourgeois qui a besoin de prétendre retrouver de grosses sensations sans se rendre compte que par définition c'est voué à l'échec. Il est même dit que faire ce tatouage peut permettre d'éviter d'être un rouage du système. Merde, la liberté ça s'achète vite ! :D


Après, ils disent bien, eux même "Bien que notre projet ne soit pas une commémoration des rituels tribaux, les deux sont mus par la même énergie." Donc je ne vais pas aller trop loin hein, ils reconnaissent eux mêmes que cette nostalgie est un peu limitée.
Je crois pas qu'ils soient eux-mêmes totalement à côté de la plaque, il y a ce côté très "free" qui dit "chacun fait ce qu'il veut" et avec raison. Mais justement, je trouve que dès qu'ils essayent de justifier le truc, ba ça devient franchement drôle. Quand ils disent (ce qui est rare mais ils le disent) "chacun le fait pour ce qu'il veut" ba là ça me parle plus, c'est juste dire "nous on a une méthode, sans rien derrière, on fait comme ça et trouve toi tes raisons". Par contre, quand ça m'annonce que c'est une réminiscence des rites tribaux, que c'est subir la souffrance pour être fier éternellement, ou encore que c'est en opposition à un système nous opprimant et qu'avant on été des guerriers et que c'était bien (solidarité organique/mécanique, ça dit quelque chose à quelqu'un?) ba là je trouve ça plus limite.

Encore une fois, j'ai pas critiqué les gens qui le font, même si certains dans le lots doivent avoir des raisons que personnellement je trouve pas très bonne, mais comme je l'ai déjà dit, j'ai pas envie d'être hypocrite : des mauvaises raisons de se faire tatouer, j'en ai aussi, on en a sûrement tous, ça me dérange pas de le dire et de le reconnaître. Ce qui me dérange c'est justement l'hypocrisie de trouver des bonnes raisons et là-dessus, c'est ce que j'ai dit (mais d'autres aussi), ils en donnent plusieurs.
Et vu comment les tatoueurs en parlent ici, il y a sûrement moyen qu'ils en aient conscience et qu'une partie ne soit que de la com' (un peu ridicule au passage mais bon).

Mais bon, le relativisme tout ça, tout ça.
Je vais pas manifester devant eux, mais je vais pas m'empêcher non plus de rire :)


EDIT : Après tu as raison que ces interviews sont peut être pas top, mais on juge sur ce que l'on nous donne à juger. S'ils veulent faire un long communiqué pour dire "tout ça c'est de la connerie" ba qu'ils le fassent, mais je pense qu'ils surveillent un minimum leur com, surtout que c'est pas comme si je prenais une phrase sorti du contexte, c'est des dizaines de phrases de nostalgies tribales.
Le tatouage, tout comme la vie, n'est pas un concours
Avatar de l’utilisateur
mavhoc

Investi
 
Messages: 597
Enregistré le: 27 Sep 2013
Localisation: Île de France
Genre: Homme
Remercié: 3 fois
  • Adresse Galerie

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar rage » Jeu 21 Sep 2017 14:18

Tes proches ne doivent pas rire tous les jours devant tant de premier degré.
Avatar de l’utilisateur
rage

Curieux
 
Messages: 126
Enregistré le: 28 Sep 2015
Localisation: France
Genre: Non spécifié
Remercié: 0 fois

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar mavhoc » Jeu 21 Sep 2017 14:21

On a pas les moyen de rire voyons, on est trop occupé à chasser le bison à main nu :mrgreen:
D'ailleurs le rire aussi c'est pour les bourgeois.
Le tatouage, tout comme la vie, n'est pas un concours
Avatar de l’utilisateur
mavhoc

Investi
 
Messages: 597
Enregistré le: 27 Sep 2013
Localisation: Île de France
Genre: Homme
Remercié: 3 fois
  • Adresse Galerie

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar rage » Jeu 21 Sep 2017 14:36

T'as vraiment rien compris...
lâche du lest mec!
Avatar de l’utilisateur
rage

Curieux
 
Messages: 126
Enregistré le: 28 Sep 2015
Localisation: France
Genre: Non spécifié
Remercié: 0 fois

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar Ysatis » Jeu 21 Sep 2017 16:20

Je ne vois vraiment pas par contre où il est question de degrés là? Chacun a exprimé son point de vue, de façon construite et pas agressive ou hyper-moralisatrice, et mavhoc l'a même fait de façon très argumentée. Cette expérience nous touche ou non, de différentes façons, on a juste fait un mini débat dessus.
Et toi, là-dessus, t'arrive et direct t'agresse, sans argumenter. :grat:
Avatar de l’utilisateur
Ysatis

Chroniqueuse
 
Messages: 1876
Enregistré le: 04 Oct 2013
Localisation: Normandie
Genre: Femme
Remercié: 47 fois

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar Bett » Jeu 21 Sep 2017 17:48

rage a écrit:Laissez les bien dire ce qu'ils veulent s'ils le ressentent comme ça.

On n'a plus le droit de donner son pdv ?
Avatar de l’utilisateur
Bett

Investi
 
Messages: 576
Enregistré le: 26 Avr 2016
Localisation: 77
Genre: Non spécifié
Remercié: 13 fois
  • Adresse Galerie

Re: Brutal Black, l'art de faire mal

Messagepar Skogkatt » Jeu 21 Sep 2017 18:32

Oh nan, commencez pas le langage SMS! :mrgreen: :mrgreen:

Je suis d'accord sur des points avec tout le monde (notamment sur la vision peut-être erronée qu'on a envers les rites initiatiques d'autres cultures et parfois, je trouve ça très "indélicat" comment certains se l'approprient) mais au final, chaque client s'appropriera le concept à sa façon et ça, c'est le principal je trouve.
Par contre, si un jour je devais y passer, je ne dirai pas que j'ai fait un rite initiatique ou autre, il peut y avoir eu un rituel personnel avec les aspirations du tatoueur et tatoué mais hors de question que je m'affilie à un rite d'une autre culture que je ne connais pas (on en revient à l'appropriation culturel? :D Bon, sans rire, je trouve qu'on peut y réfléchir avec ce concept aussi).
Skogkatt

Investi
 
Messages: 1034
Enregistré le: 11 Jan 2014
Localisation: Auvergne
Genre: Femme
Remercié: 9 fois

PrécédenteSuivante

Retourner vers Culture et Société

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités