Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage

Un article sur le tattoo, un bon bouquin à partager, un sujet de société… Viens échanger et te cultiver dans cette zone.

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage... Article du

Messagepar Soleilvert » Ven 28 Oct 2016 12:58

mais actuellement n'importe qui peut se dire artiste, si tu as des sous demain tu peux ouvrir un shop...pourquoi avoir une base solide théorique dans la technique changerait la donne ?
Soleilvert

Investi
 
Messages: 384
Enregistré le: 29 Aoû 2016
Localisation: bordeaux
Genre: Non spécifié
Remercié: 1 fois

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage... Article du

Messagepar -Estelle- » Ven 28 Oct 2016 13:02

Parce que le CAP donne le statut d'artisan et non pas d'artiste, on parle pas du mec qui dessine et se dit "artiste" mais du statut officiel, avec les lois et droits qui en découlent
Du moins c'est comme ça que je le comprend
Piercings: conch G, lobe G, 2*lobe D, septum, rook D
Avatar de l’utilisateur
-Estelle-

Investi
 
Messages: 624
Enregistré le: 02 Jan 2016
Localisation: Centre
Genre: Femme
Remercié: 6 fois

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage... Article du

Messagepar Soleilvert » Ven 28 Oct 2016 13:05

je dis encore peut être une énorme connerie, mais il n'y a aujourdh'ui aucune formation qui délivre le diplôme reconnu au niveau national (rncp) d'artiste.
Si 'jai le courage j'essaierai de me renseigner plus sérieusement, mais je pense que de ne pas disposer de la simple formation d'hygiène privée pour ouvrir un shop ça peut être intéressant.
Soleilvert

Investi
 
Messages: 384
Enregistré le: 29 Aoû 2016
Localisation: bordeaux
Genre: Non spécifié
Remercié: 1 fois

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage... Article du

Messagepar Squelch Sasquatch » Ven 28 Oct 2016 13:15

Pour remettre les choses dans leurs contextes, il s'agit pour l'instant de donner une équivalence nationale aux formations dispensées par le Centre des métiers d’art de Mamao, qui ne sont actuellement pas reconnues hors de la Polynésie française.
Il s'agit donc des cursus d'un centre d'Art Polynésien, qui s'inscrit dans la défense d'une culture et d'un patrimoine traditionnel.
Les CAP et le brevet qui vont être proposés découlent d'une volonté de "reconnaître officiellement les compétences artistiques polynésiennes qui s’expriment au quotidien dans ce centre des métiers d’arts".

Qu'on y voit un précédent problématique, pourquoi pas... Mais on est loin (même si on finira probablement par y arriver un jour) d'une formation obligatoire à la pratique de tout tatouage en France.
Avatar de l’utilisateur
Squelch Sasquatch

Chroniqueuse
 
Messages: 1200
Enregistré le: 27 Sep 2013
Localisation: Sous le signe du V
Genre: Non spécifié
Remercié: 144 fois
  • Adresse Galerie

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage... Article du

Messagepar Destal » Ven 28 Oct 2016 13:17

Intéressant.
Avatar de l’utilisateur
Destal

Investi
 
Messages: 776
Enregistré le: 06 Juin 2016
Localisation: NANTES
Genre: Homme
Remercié: 21 fois
  • Adresse Galerie

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage... Article du

Messagepar Krän » Ven 28 Oct 2016 14:07

Soyons clair, aujourd'hui absolument n'importe qui peut se dire tatoueur. Il suffit d'acheter un dermo, de passer la formation H&S (qui de parole de tatoueurs est une blague puisqu'il suffit d'être présent sans même suivre, à la fin le doc est délivré), et trouver un local ou l'aménager chez soi si on a la place. Et encore, je vois de plus en plus de débutants bosser ponctuellement dans plusieurs shops ou faire des conv, parce qu'ils ont un petit réseau, ils n'ont donc même pas de local à payer (je ne vais pas être désagréable et mettre des liens de pages FB, et ce n'est pas le sujet central, mais il y en a...).
Donc, concrètement, n'importe qui peut se dire tatoueur et avoir des clients. Il est même possible d'adhérer au SNAT d'ailleurs, puisqu'il n'y a pas de notion de "qualité de travail", c'est clairement dit.

Il n'y a donc là aucune notion artistique. Aujourd'hui il y a plus de 4000 tatoueurs référencés en France si je me souviens bien. Combien sont des artistes ?
Combien ont un niveau de dessin correct et manient bien le dermo ?
Combien gagneraient à avoir une formation en dessin et sur la technique de tatouage ?
Combien de tatouages fait en shop sont d'un niveau très moyen ? (...le sujet a été abordé sur le forum concernant les tatouages que l'on voit dans la rue, à la piscine, etc...les "œuvres" sont rares...)


Par ailleurs, quelle proportion de clients recherchent un artiste ?
Combien viennent avec un dessin provenant de Google image ou de la sœur d'un ami et demande une copie au tatoueur, qui accepte sans souci parce que c'est plus simple (et rentable) que de prendre du temps à créer quelque chose ?
Oh oui, aujourd'hui il y a Internet et n'importe qui peut trouver des bonnes informations et un très bon tatoueur. La question n'est pas "qui peut" mais "qui veut".
S'il y a tant de shops, beaucoup sans Artiste avec un grand A, ce n'est pas pour rien.


Si une formation existait :
Pourquoi ne pas garantir à ces clients qui n'ont rien à br*nler du côté Artistique du tatouage, d'être au moins correctement piqués ?
Pourquoi ne pas "faire le tri" entre les gens qui ont la motivation "d'affronter" deux ans de formation pour être tatoueur et ceux qui comme aujourd'hui se disent tatoueurs du jour au lendemain (formés à la va vite via une formation payante ou formés par un tatoueur lui-même pas forcément compétent) ?
Une formation à suivre empêcherait-elle les Artistes motivés de devenir tatoueurs ?
Ne serait-il pas bon de mettre fin à ces formations payantes proposées aujourd'hui qui ne sont dans la très grande majorité des cas que des pompes à fric ?
Le fait d'avoir une formation empêcherait-il de réaliser ensuite un apprentissage plus poussé auprès d'un tatoueur reconnu si souhaité ?



Je ne suis pas spécialement partisan d'une formation obligatoire sanctionnée par un diplôme, notamment parce que ce serait mettre sur le marché de l'emploi des gens ayant une formation sans potentielles débouchées, il y en a déjà largement assez comme ça puisqu'en France bon nombre de filières avec quasi certitude d'absence de boulot à la sortie n'ont aucun quota d'entrée (au chaud à l'école c'était marrant d'être insouciants et faire des études sans débouchée, et ensuite ça se plaint de ne pas trouver de boulot, mais ce n'est pas le sujet). Mais ce que je viens d'écrire est ce qui me vient en tête quand je pense à ce sujet et tente de me faire "l'avocat du diable".
Ca semble au moins montrer, pour moi, qu'il y a certainement des choses à faire, à changer.
Il n'est pas certain qu'une formation obligatoire soit la réponse, mais je ne suis pas certain non plus qu'un simple statut d'artiste change quoi que ce soit à la situation actuelle, si tant est que des gens veuillent la changer.
"Pigeon, Oiseau à la grise robe ~ Dans l'enfer des villes ~ À mon regard, tu te dérobes ~ Tu es vraiment le plus agile."
Avatar de l’utilisateur
Krän

Administrateur
 
Messages: 4875
Enregistré le: 27 Aoû 2013
Localisation: ¨¨
Genre: Homme
Remercié: 229 fois
  • Adresse Galerie

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage... Article du

Messagepar Destal » Ven 28 Oct 2016 14:23

Cet homme a raison.

Comme dans tous les métiers d'artisanat, certains sortent du lot et deviennent des artistes, mais la plupart sont juste des artisans, ce qui est déjà bien si le boulot est propre à défaut d'être révolutionnaire, engagé, génial. Et dans le cas du tattoo, si le boulot ne vire pas en nécrose des tissus, parce que c'est bien la différence entre peindre dans son garage et tatouer dans son garage, chose qui est aujourd'hui autorisée, puisque pas interdite, puisque n'exigeant aucun certificat ou diplôme.

Et la responsabilité du client n'a rien à voir, on ne vend pas de voitures dangereuses, même en écrivant dessus "attention c'est pas cher mais c'est de la merde, à vos risques et périls".
Avatar de l’utilisateur
Destal

Investi
 
Messages: 776
Enregistré le: 06 Juin 2016
Localisation: NANTES
Genre: Homme
Remercié: 21 fois
  • Adresse Galerie

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage... Article du

Messagepar mare-ion » Ven 28 Oct 2016 14:56

Sans avoir d'avis particulier sur la création d'une formation obligatoire parce que j'ai pas suffisamment de connaissances du domaine pour me prononcer (et que ça me concerne pas vraiment directement); un cap donne quand même des compétences techniques et un réel apprentissage auprès d'un professionnel et certains avantages pour l'apprenti comme une protection sociale, un salaire réglementé, etc
Puis comme pour tout diplôme, ben si t'es pas bon, on te valide pas le truc.

J'ai aussi un peu de mal à comprendre pourquoi le Snat veut faire reconnaitre le métier de tatoueur uniquement comme artiste.
Faut dire que mon tatoueur se définit lui (sur sa carte de visite) comme artisan-tatoueur et que pendant mes études en histoire de l'art, j'ai pu voir que parfois la distinction artiste/artisan ne se faisait pas.
Ca me perd tout ça :mrgreen:

En déviant un peu du sujet, est-ce que c'est pas dérangeant aussi que le Snat soit l'unique syndicat dans le domaine? ça ne permet pas d'avoir plusieurs avis "officiels" pour une même question. Et ça me donne un peu l'impression d'institution toute puissante (même si je reconnais totalement son utilité :pink: )
Avatar de l’utilisateur
mare-ion

Investi
 
Messages: 619
Enregistré le: 03 Oct 2013
Localisation: Toulouse
Genre: Femme
Remercié: 7 fois
  • Adresse Galerie

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage... Article du

Messagepar Green » Ven 28 Oct 2016 15:25

(Salut, j'apporte ma p'tite pierre à l'édifice mais j'accepte totalement qu'on ne soit pas d'accord avec moi)

Alors, pour ma part, je fais plutôt partie des gens qui pensent que ce CAP (bien que certainement juste évoqué) serait une mauvaise idée.
Pas dans le sens ou il ne faut absolument pas réglementer la profession, mais dans le sens ou un CAP est très "facile" d'accès. Même avec des places limitées ça voudrait dire qu'on formerait des tatoueurs en continu tout les deux ans, qui au final se retrouveront lâchés dans la nature sans connaissances (et je parle bien là de personnes) dans le milieu.

Le soucis avec ce genre de milieux étant qu'en fait, aucun diplôme n'existe vraiment. Je vous vois par exemple parler des beaux arts, mais pour avoir un certain nombre d'amis qui sont aux Beaux Arts ou en fac d'arts...Etc, le diplôme apporte surtout une reconnaissance de la part des autres "artistes". Le diplôme des beaux arts donne plus une carte de visite "je suis allée à telle école", synonyme de volonté et qui ouvre des portes pour certaines expositions. Les beaux arts font rencontrer des artistes, et travailler son style, mais ce n'est pas parce qu'on les a faits qu'on va forcément vivre de son art ou quoi que ce soit.

Et pour moi ce diplôme des beaux arts fait ce que fait l'apprentissage en tatouage : ouvrir un peu l'élève a de nouveaux outils, améliorer/appuyer sa patte graphique, et surtout apporter sa "renommée"/reconnaissance (je n'ai pas trouvé de meilleurs mots).
Donc en soi un CAP, bien que rassurant pour certain, ne servirait au final pas à grand chose...

Je serais plutôt partisane d'une formation plus longue, en alternance avec un shop : mi-cours de bio, cours de dermo...Etc - mi-temps de travail en shop. Puisque le travail de tatoueur est un bon mélange d'art, d'artisanat et de communication.
Ou encore d'une formation d'hygiène plus encadrée, pourquoi pas avec un petit test bidon à la fin, pour au moins être sûre que tout le monde à bien suivi la formation.
Ou pourquoi pas un statut particulier d'apprenti tatoueur un peu plus encadré par l'état (en tout cas pour le statut social)
Et surtout d'un meilleur suivi des shops implantés niveau hygiène, avec un peu plus de règles basiques (notamment sur la qualité des encres)

Mais pour moi le CAP, bien qu'ayant quelques avantages, est une solution peu adaptées à un métier aussi particulier. Au beaux arts par exemple (puisqu'on s'en sert comme exemple des deux "côtés" du débat), il y a un concours d'entrée, on ne peux pas passer par APB comme pour une licence classique il faut montrer ses tripes au jury.
Le CAP serait basé sur quels critères pour l'entrée ? Les notes comme certains Bac pro ? Un concours aussi ? Mais un concours de quoi ?
ça devient compliqué de limiter les places alors que c'est sensé être d'un "niveau CAP" (et ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, je serais bien incapable de faire le quart de ce que font les gens en CAP), on ne peut donc pas demander un niveau en dessin exceptionnel, des notes parfaites en SVT...Etc. Ca devient étrange niveau sélection.
Pareil si on part sur une sélection à la motivation. Être motivé c'est bien, être bon c'est mieux. Tout ceux qui ont les tripes ne sont pas forcément bons, et tout les bons n'ont pas forcément une vraie envie de faire ce boulot.
[Je me rends compte après relecture que je n'arrive pas à correctement m'exprimer sur ce paragraphe, ne vous sentez donc pas vexés en le lisant, je n'arrive pas à mettre mes idées en mots de manière satisfaisantes]

Le soucis pour moi est là : est-ce qu'un CAP est suffisant pour accéder à un métier comme celui du tatouage ? Non.
Cependant, faut-il réussir à réglementer un peu la profession d'une manière ou d'une autre ? Oui, pour moi.

Le problème actuel de ceux (et je parle des politiques surtout) qui ont essayé d'encadrer le milieu des Bodmods c'est qu'ils n'arrivent pas à prendre en compte la spécificité du métier. Il y a besoin d'hygiène, d'un minimum en dessin/graphisme/sens artistique (appelez ça comme vous voulez), un sens du commerce (donc certains auraient besoin...tenir un shop c'est pas les vacances)... donc le faire rentrer dans une case déjà existante est très compliquée et, selon moi, ne permet pas de prendre en compte tout le travail du tatoueur.

C'est pour ça que je suis opposée au CAP, mais pas à une meilleure idée de réglementation. Je sais que le CAP tatoueur est actuellement pour certains "mieux que rien" au niveau de l'hygiène par exemple, et je comprends ce point de vue. Mais pour moi si on faisait déjà de meilleures formations d'hygiènes plus adaptées au tatouage/piercing et avec plus de suivi par exemple, ce problème serait réglé (ou presque, vu qu'il y aura toujours quelqu'un pour faire n'importe quoi, même avec une formation et des contrôles).
Je fais partie de ceux qui pensent qu'une meilleure réglementation et qu'un meilleur encadrement est possible mais que pour ça il faudrait vraiment que quelqu'un (politique ou autre) ait vraiment envie de se pencher sur le cas précis de "comment former au mieux un tatoueur pour qu'il soit au maximum prêt pour exercer correctement ?" et "comment faire pour garder un niveau d'hygiène très haut dans ce genre de milieux ?" ... sauf que vu l'état de l'enseignement actuellement, faut pas s'attendre à ce qu'ils aient envie de s'y mettre vraiment. (NVB, si tu m'entends...)

Tout ça pour dire que je comprends les deux côtés, mais que je pense que vous avez tous raisons vus de différentes manières.
Je ne fais par contre pas partie de ceux qui pensent que le tatouage doit rester un truc ROOTS, oui c'était un peu rebelle quand c'était le cas, oui ce serait bien de rester dans une image marginale du tatouage, de garder notre truc de "freaks" à "nous", mais il ne faut pas oublier que les choses changent et que, qu'on le veuille ou non le tatouage (et piercing, et le reste en fait) doivent s'ouvrir à quelque chose de plus réglementé, ou du moins de moins obscur législativement et socialement. Le milieu est en pleine expansion (en bien comme en mal) et je suis sûre qu'il y a moyen au final de le réglementer de manière à coller au maximum à la profession, de garder le côté "milieu fermé" tout en apportant une base solide et scolaire aux apprentis.

Voilà.
(Vive les pavés !)

Et je re-précise du coup que ce que je viens de vous pondre est seulement mon avis, et que je respecte totalement le fait que vous ne soyez pas d'accord avec. :) J'avais juste envie d'orienter un peu le débat autrement, vu que je trouve ça un peu bête de partir du postulat que c'est CAP ou rien.
"Fro pense la même chose !"
Avatar de l’utilisateur
Green

Timide
 
Messages: 31
Enregistré le: 29 Oct 2015
Localisation: Normandie
Genre: Femme
Remercié: 2 fois

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage... Article du

Messagepar Krän » Ven 28 Oct 2016 15:29

mare-ion >>

C'est en quelque sorte le cas, parce que le SNAT "défend" les différents sujets liés au tatouage/aux tatoueurs depuis de longues années.

Il y a également "Tatouage et Partage" (S.Chaudesaigues) qui est sous la forme d'une association (je n'ai pas regardé de près dans quelle mesure elle est ouverte à tout tatoueur qui voudrait y adhérer).
Opposée sur différents points aux idées du SNAT (outre des aspects personnels également entre les fondateurs, c'est de notoriété publique ; il était parfois plus question de 'personnes' que d'idées dans certains échanges qui ont circulé sur FB).
Et notamment sur le sujet Artisan (Apprentissage/Formation) VS Artiste. (Dans le doc du SNAT "profiter à ceux qui sont déjà prêts à ouvrir des écoles sur l'ensemble du territoire" n'a rien d'innocent je pense compte tenu des échanges que l'on a pu lire entre les deux organisations).
Si on veut lire des arguments en faveurs de la reconnaissance d'un statut d'artisan et non artiste, on peut donc aller sur le site de Tatouage et Partage par exemple.

Aujourd'hui les deux 'organisations' défendent chacun de leur côté un statut différent.
"Pigeon, Oiseau à la grise robe ~ Dans l'enfer des villes ~ À mon regard, tu te dérobes ~ Tu es vraiment le plus agile."
Avatar de l’utilisateur
Krän

Administrateur
 
Messages: 4875
Enregistré le: 27 Aoû 2013
Localisation: ¨¨
Genre: Homme
Remercié: 229 fois
  • Adresse Galerie

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage... Article du

Messagepar Destal » Ven 28 Oct 2016 15:41

Grâce à ton message je me rends compte que je soutiens ce CAP parce que, en effet, je pense que c'est "mieux que rien", mieux qu'actuellement, mais qu'il y a sans doute de meilleures façons de réglementer le métier qu'un CAP.

Par contre j'ai l'impression qu'on oublie une notion en voulant à tout prix comparer avec les autres milieux artistiques, c'est la responsabilité sur autrui. On ne pratique pas sur une toile, une pellicule, ou une boule de glaise, mais sur le corps de quelqu'un.

Ce qui me plaît dans le CAP c'est que justement c'est court et facile d'accès, ça ne donne que des bases techniques et n'oriente pas artistiquement, et c'est ce qui différencie le tatouage d'autres arts : sans les bases techniques, tu charcutes des peaux humaines, tu ne gâches pas simplement du papier.

Ou alors il faudrait que la formation hygiène soit aussi une formation sur la santé et le maniement des outils (parce que, encore une fois, tu ne vas pas les utiliser sur une feuille de papier mais sur un être humain).

L'important au final étant que tu ne puisses pas pratiquer si tu n'as pas les compétences. Rien ne t'empêche de faire les Beaux Arts ensuite si ça te paraît pertinent pour développer ton style de tatouage, qui est avant tout une forme de graphisme et de dessin.
Avatar de l’utilisateur
Destal

Investi
 
Messages: 776
Enregistré le: 06 Juin 2016
Localisation: NANTES
Genre: Homme
Remercié: 21 fois
  • Adresse Galerie

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage... Article du

Messagepar Soleilvert » Ven 28 Oct 2016 15:43

Mari-on, je te rejoins aussi, après tu as des CAP ouverts seulement en alternance (donc obligation de trouver un patron), certains CAP comme petite enfance qui dans certaines régions ne sont plus ouvert en post 3ème. Mais disons que permettre l'accès à un niveau V (sans Bac) je trouve ça intéressant, évidemment, il y a plusieurs formes d'accès à une formation...la formation continue est riche ..on peut y trouver une solution adéquate..à long terme.
le statut d'artiste...existe-t-il ? parce que si n'importe qui ou presque peut s'installer comme tatoueur, ça n'est donc pas un statut particulier.....c'est forcément classifié auto-entrepreneur, SA etc. mais concrètement artiste est-ce juste un statut "social" "philosophique" ou ça a un impact très concret sur les conditions d'applications de la profession ?
Soleilvert

Investi
 
Messages: 384
Enregistré le: 29 Aoû 2016
Localisation: bordeaux
Genre: Non spécifié
Remercié: 1 fois

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage... Article du

Messagepar Green » Ven 28 Oct 2016 16:07

Par contre j'ai l'impression qu'on oublie une notion en voulant à tout prix comparer avec les autres milieux artistiques, c'est la responsabilité sur autrui. On ne pratique pas sur une toile, une pellicule, ou une boule de glaise, mais sur le corps de quelqu'un.


Complètement, c'est d'ailleurs pour cette raison que je reste totalement pour une réglementation/formation/etc. :)

Justement, comme tu le note plus bas, je serais pour une formations d'hygiène plus "sérieuse" ou "poussée" avec des notions de corps humain, de peaux, pourquoi pas de dermo aussi vu que normalement on peut s'installer suite a cette formation. Sans remplacer l'apprentissage (ou une formation autre à côté) ça poserait au moins ce qui est pour moi le minimum syndical en matière de tatouage : l'hygiène et la maitrise de l'outil.
Selon moi, c'est ce à quoi aurait du servir cette fameuse formation d'hygiène dès le début : quelque chose qui sert à s'assurer un niveau minimum en matière d'hygiène et de sécurité du tatoué/percé (oui parce qu'on pourrait tout simplement avoir des "modules" de formation en fonction de pourquoi on la fait par exemple).

Ce qui me plaît dans le CAP c'est que justement c'est court et facile d'accès, ça ne donne que des bases techniques et n'oriente pas artistiquement

L'important au final étant que tu ne puisses pas pratiquer si tu n'as pas les compétences. Rien ne t'empêche de faire les Beaux Arts ensuite si ça te paraît pertinent pour développer ton style de tatouage, qui est avant tout une forme de graphisme et de dessin.


C'est le bon côté de cette idée de CAP pour moi, le côté accessible à tous. Parce que devoir faire un BAC + je-ne-sais-pas-combien avec des cours à n'en plus finir n'est pas non plus ce que j'aimerais voir mis en place. Ça casserait un peu du potentiel je trouve.
Mais je pense que c'est aussi son point faible : du coup, qui peut le faire ou pas ? Et là je trouve qu'on bloque un peu.

après tu as des CAP ouverts seulement en alternance (donc obligation de trouver un patron), certains CAP comme petite enfance qui dans certaines régions ne sont plus ouvert en post 3ème. Mais disons que permettre l'accès à un niveau V (sans Bac) je trouve ça intéressant, évidemment, il y a plusieurs formes d'accès à une formation...la formation continue est riche ..on peut y trouver une solution adéquate..à long terme.


Soleilvert, ce type de CAP me parle déjà plus. Ca ressemble un peu plus à ce que je trouve pertinent dans ce genre de profession. Je ne m'y connait pas assez dans les différents types de CAP malheureusement, mais ça ressemble à mon idée de formation mi-cours techniques, mi-professionnalisation. Mon soucis encore une fois c'est pour l'entrée, comment décider des conditions ?

Au final je pense que tant que tout le monde (autant les "syndicats" que les politiques compétents) n'y mettra pas un peu du sien pour créer quelque chose de correct on va rester bloquer a "CAP VS pas CAP".
Il va de toute manière falloir créer quelque chose de spécial, que ce soit une nouvelle formation d'hygiène, qu'un CAP particulier avec alternance, ou encore un statut spécial pour l'apprenti tatoueur, le soucis étant que toutes les solutions existantes maintenant ne sont pas franchement (entre une fois selon moi) adaptées.

En tout cas, je ne veux pas faire de délation ni critiquer quelques personnes en particulier, mais je trouve ça tellement dommage de voir qu'au lieu d'essayer de trouver la meilleure solution on reste bloqués aux mêmes débats depuis longtemps. ^^' En général, et je ne vise encore personne et surtout pas vous hein, je trouve que les solutions sont trop tranchées actuellement alors qu'il reste beaucoup de possibilités... on manque un peu de recul je trouve. :/
"Fro pense la même chose !"
Avatar de l’utilisateur
Green

Timide
 
Messages: 31
Enregistré le: 29 Oct 2015
Localisation: Normandie
Genre: Femme
Remercié: 2 fois

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage... Article du

Messagepar mare-ion » Ven 28 Oct 2016 16:09

Kran, j'avais en effet été faire un tour sur Tatouage et Partage pour voir justement ce qui se disait aussi de leur côté.
Leur positionnement peut être intéressant aussi pour le coup. Après c'est sans doute un débat sans fin à partir du moment où certains tatoueurs se considèrent comme artisan et d'autre comme artiste.
Avatar de l’utilisateur
mare-ion

Investi
 
Messages: 619
Enregistré le: 03 Oct 2013
Localisation: Toulouse
Genre: Femme
Remercié: 7 fois
  • Adresse Galerie

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage

Messagepar Krän » Sam 29 Oct 2016 16:47

La réaction de "Tatouage et Partage" sur le sujet qu'ils ont publiée sur leur site : http://www.tatouage-partage.com/fr/tato ... p-tatouage


En visite au Centre des Métiers d’Art de la Polynésie française le 23 octobre 2016, la Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Mme Najat Vallaud-Belkacem s’est déclarée favorable à la création d’un CAP tatouage. Pour Tatouage & Partage, c’est une nouvelle preuve de la prise de conscience du gouvernement quant au manque d’encadrement de la profession de tatoueur et des problèmes engendrés par ce manque. Explications.

Najat Vallaud-Belkacem s’exprime au Centre des Métiers d’Art de la Polynésie française
À l’automne 2016, Mme Najat Vallaud-Belkacem s’est rendue à Papeete, chef-lieu de l’île de Tahiti. Invitée du Centre des Métiers d’Art de la Polynésie française (CMAPF), un établissement public administratif créé en 1980 et dont la vocation est la formation des jeunes aux métiers de l’artisanat d’art océanien et aux arts visuels polynésiens, elle a déclaré souhaiter donner une équivalence nationale aux diplômes de ce centre qui, à l’heure actuelle, ne sont pas officiellement reconnus en dehors de la Polynésie française.

La ministre "enthousiaste et favorable" à l’idée d’un CAP tatouage
Mais la Ministre de l’Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur du gouvernement Manuel Valls II a été encore plus loin, se disant "enthousiaste et favorable" à une reconnaissance, à terme, de 4 nouveaux CAP : la sculpture, la gravure, le tressage… et le tatouage.

Le CAP tatouage érigé en épouvantail
Associer tatouage et CAP : peu avant elle avaient osé… et pour cause. Diplôme français d’études secondaires et d’enseignement professionnel créé en 1911 et donnant une qualification d’ouvrier ou d’employé qualifié dans un métier déterminé, le CAP effraie une partie des professionnels du tatouage. Les sources de ce rejet sont notamment alimentées par le SNAT, qui voit dans le CAP une filière que les déboutés du système scolaire choisiraient "par défaut", faute de mieux. Le SNAT y voit également une usine à créer des tatoueurs formatés ayant perdu toute créativité. Enfin, il y voit le développement de chaines de studios franchisés, banalisés par l’arrivée de soi-disant milliers de diplômés sur le marché.

Tatouage & Partage s’est toujours défendu de militer pour un CAP tatouage
Les critiques ont souvent voulu faire de Tatouage & Partage le chantre du CAP tatouage. De cela, nous nous défendions déjà en vidéo… en 2014 (aller à 9mn14) :
https://www.youtube.com/watch?v=7YtKW_7f1QQ
Notre association n’a jamais défendu l’idée d’un CAP tatouage et encore moins celle d’un CAP tatouage obligatoire. En revanche, nous continuons à nous positionner en faveur d’un diplôme pour les tatoueurs.

Pourquoi l’argumentaire anti-diplôme de tatouage ne tient pas la route
Aujourd’hui, les principaux détracteurs d’un diplôme pour les tatoueurs craignent, à l’image du SNAT, un pullulement de tatoueurs, une explosion du nombre de professionnels qui viendrait tuer la profession. Chez Tatouage & Partage, nous voyons dans ce postulat une contre-vérité, pour ne pas dire une aberration et une insulte à la logique.

Officiellement, le métier de tatoueur n’existe pas
À ceux qui craignent qu’un diplôme provoque une explosion du nombre de tatoueurs en France et une baisse de qualité dans le tattoo, Tatouage & Partage leur dit avec fermeté et assurance : non, c’est bien l’inverse qui se produira. Pourquoi ? Parce que c’est l’actuel manque de statut officiel pour le tatoueur qui contribue à la multiplication des professionnels peu scrupuleux. Officiellement, le métier de tatoueur n’existe pas : dès lors, tout le monde peut l’exercer !

Une simple formation d’hygiène… et vogue le dermographe
Le seul impératif pour tatouer légalement en France actuellement est d’avoir suivi une formation à l’hygiène de 21 heures : moyennant 400 à 800 €, tout le monde peut devenir tatoueur. Avec un vrai statut et, avec lui, un diplôme d’État, le tatouage en France se dirigera vers la qualité plutôt que vers la quantité.

Oui à un diplôme d’État, non aux écoles de tatouage privées
Comme nous le répétons depuis notre création, Tatouage & Partage souhaite un diplôme qui soit reconnu par l’Etat et qui amène chaque apprenti à apprendre d’un maître. De fait, chaque année verrait un nombre limité de tatoueurs arriver sur le marché du travail : un nombre inférieur à égal au nombre de maîtres. Plus que jamais, notre association s’élève contre toute idée d’école privée et de diplôme "acheté".

Pourquoi Tatouage & Partage entend dialoguer avec Mme Najat Vallaud-Belkacem
Association apolitique, Tatouage & Partage s’est rapprochée du cabinet de Mme Najat Vallaud-Belkacem pour évoquer avec le ministère les questions d’apprentissage et d’artisanat, de compagnonnage et de métiers d’art, comme nous l’avions récemment fait auprès de l’INMA et de son président. Notre ambition ? Continuer à informer la profession des évolutions liées à la question du diplôme et des justifications pour exercer le métier de tatoueur (voir notre article Et si 90 % des tatoueurs étaient menacés ?) mais aussi continuer à travailler en collaboration avec les différentes représentations professionnelles et le gouvernement pour établir une véritable définition du métier de tatoueur. À l’heure où entre 10 000 et 15 000 tattoos sont réalisés chaque jour en France, l’État prend peu à peu conscience de l’importance prise par le tattoo à l’intérieur de nos frontières. C’est à nous, acteurs de l’encrage et associations, d’accompagner le gouvernement, quelle que soit son orientation politique, dans ses démarches pour une meilleure reconnaissance de notre discipline.
"Pigeon, Oiseau à la grise robe ~ Dans l'enfer des villes ~ À mon regard, tu te dérobes ~ Tu es vraiment le plus agile."
Avatar de l’utilisateur
Krän

Administrateur
 
Messages: 4875
Enregistré le: 27 Aoû 2013
Localisation: ¨¨
Genre: Homme
Remercié: 229 fois
  • Adresse Galerie

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage

Messagepar Soleilvert » Sam 29 Oct 2016 18:35

un discours cohérent !
Soleilvert

Investi
 
Messages: 384
Enregistré le: 29 Aoû 2016
Localisation: bordeaux
Genre: Non spécifié
Remercié: 1 fois

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage

Messagepar Lanj » Dim 30 Oct 2016 11:55

Le vrai problème du CAP ce n'est pas le diplome en soi... C'est le fait que des Écoles privées et PAYANTES ouvriront leur porte (Un des projet de Tatouage et Partage je crois d'ailleurs... Projet qui sera accompagné d'une boutique où ils vendront leur matos aux élèves... Si je dis pas de betise). Et toutes les dérives mercantiles seront alors légal... Des prix exorbitants, du matos sur place payant à des prix hardcore... C'est un peu comme légalisé "l'ecole du tatouage" qui fourni une soit disante formation "diplomante" à un prix de ouf pour tout les gens qui voudront se lancer, passionnés ou non.

C'est en cela aussi que le snat, je pense, rejette l'idée du CAP.

Un encadrement obligatoire et gratuit ppur les apprentis avec une reelle protection est tout à fait possible sans forcément un cap obligatoire et sans forcément inserer dans cette protection la possibilité d'une école payante ;)
Lanj
 

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage

Messagepar Panthera » Dim 30 Oct 2016 12:09

Il est vrai que n'importe qui après la formation hygiène et salubrité à le droit de se déclarer comme tatoueur et hélas on voit des tatouages ratés, des peaux abîmées. Mais est-ce que le CAP Tatouage va vraiment changer quelque chose contre les tatoueurs que l'on peux jeter à la poubelle, je ne suis pas forcément certaine car actuellement vu qu'il n'y a pas de formation scolaire, il y a de très bons tatoueurs qui n'ont pas forcément fait une école d'art mais qui savent très bien manier autant le crayon que le dermographe. Pour moi l'art du tatouage ne viens pas spécialement de la transmission de connaissances mais plutôt justement des tatoueurs eux mêmes qui ont pour moi vraiment un don pour dessiner et tatouer. Même si je suis d'accord qu'ils ont pour la plupart eux la chance d'être apprenti dans un studio.

Et surtout qu'est ce qui va y être enseigner ? et qui va enseigner ? Des profs de dessins ? des tatoueurs à chier ou de très bon tatoueurs ?

De plus que va t'il se passer si le diplôme existe pour les tatoueurs français déjà installés ? vont-il devoir avoir le diplôme pour continuer d'exercer leur métier qu'ils connaissent beaucoup mieux que l'éducation nationale ? Est-ce qu'ils vont avoir l'obligation de prendre de apprentis ? Parce que je ne vois pas comment les éventuels élèves de ce CAP pourront vraiment se former au maniement du dermographe sur de vrai personnes ou alors ils nous la feront comme dans les émissions de télé-réalité avec des modèles volontaires qui viendront au CFA se faire tatouer ?

Bref pour moi ce sujet me fais surtout pose beaucoup de questions. Je ne pourrais pas vraiment dire si je suis pour ou contre, je suis mitigée. De plus pour un pays qui prône l'égalité, je ne vois pas en quoi nous serons égaux avec les tatoueurs des autres pays qui eux n'ont pas de formation tatouages pour le moment.

Alors que pour le moment tous les tatoueurs du monde sont égaux.
Avatar de l’utilisateur
Panthera

Investi
 
Messages: 1002
Enregistré le: 30 Oct 2013
Localisation: Menton
Genre: Femme
Remercié: 8 fois

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage

Messagepar Krän » Dim 30 Oct 2016 12:33

Lanj a écrit:Le vrai problème du CAP ce n'est pas le diplome en soi... C'est le fait que des Écoles privées et PAYANTES ouvriront leur porte (Un des projet de Tatouage et Partage je crois d'ailleurs... Projet qui sera accompagné d'une boutique où ils vendront leur matos aux élèves... Si je dis pas de betise). Et toutes les dérives mercantiles seront alors légal... Des prix exorbitants, du matos sur place payant à des prix hardcore... C'est un peu comme légalisé "l'ecole du tatouage" qui fourni une soit disante formation "diplomante" à un prix de ouf pour tout les gens qui voudront se lancer, passionnés ou non.

C'est en cela aussi que le snat, je pense, rejette l'idée du CAP.

Un encadrement obligatoire et gratuit ppur les apprentis avec une reelle protection est tout à fait possible sans forcément un cap obligatoire et sans forcément inserer dans cette protection la possibilité d'une école payante ;)


Concernant Tatouage et Partage, la réponse est écrite un peu plus haut ;) :
Notre association n’a jamais défendu l’idée d’un CAP tatouage et encore moins celle d’un CAP tatouage obligatoire. En revanche, nous continuons à nous positionner en faveur d’un diplôme pour les tatoueurs.
[...]
Oui à un diplôme d’État, non aux écoles de tatouage privées
Comme nous le répétons depuis notre création, Tatouage & Partage souhaite un diplôme qui soit reconnu par l’Etat et qui amène chaque apprenti à apprendre d’un maître. De fait, chaque année verrait un nombre limité de tatoueurs arriver sur le marché du travail : un nombre inférieur à égal au nombre de maîtres. Plus que jamais, notre association s’élève contre toute idée d’école privée
"Pigeon, Oiseau à la grise robe ~ Dans l'enfer des villes ~ À mon regard, tu te dérobes ~ Tu es vraiment le plus agile."
Avatar de l’utilisateur
Krän

Administrateur
 
Messages: 4875
Enregistré le: 27 Aoû 2013
Localisation: ¨¨
Genre: Homme
Remercié: 229 fois
  • Adresse Galerie

Re: Najat Vallaud-Belkacem et le CAP tatouage

Messagepar Lanj » Dim 30 Oct 2016 12:46

Au temps pour moi, j'ai dû lire un truc de traviol !
Ça n'empêche pas l'incapacité, au cas de mise en place d'un cap, d'empêcher la prolifération d'écoles payantes et/ou public avec vente de matériel bas de gamme à des prix faramineux ;)
Lanj
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers Culture et Société

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités