ARTICLE - "La folie tatouage" CNRS-Le Journal

Un article sur le tattoo, un bon bouquin à partager, un sujet de société… Viens échanger et te cultiver dans cette zone.

ARTICLE - "La folie tatouage" CNRS-Le Journal

Messagepar Krän » Sam 14 Fév 2015 15:27

Article paru sur le site du CNRS.

Certes, ce sont des infos très simples et connues de tout passionné de tatouage, mais je trouve "positif" le fait qu'un article sur le tatouage soit posté sur le site du "Centre national de la recherche scientifique". :)


https://lejournal.cnrs.fr/articles/la-folie-tatouage
Sociétés > Anthropologie
article
La folie tatouage
11.02.2015, par Laure Cailloce



Immense phénomène de mode de ce début de XXIe siècle, le tatouage est bien plus qu’une pratique narcissique. À l’occasion du colloque «Images tatouées», qui débute aujourd’hui au musée du quai Branly, l’anthropologue Sébastien Galliot revient sur l’histoire et la signification de ces décorations intimes.


On assiste à un vrai raz-de-marée du tatouage en Occident. A-t-on une idée de l’ampleur du phénomène ? Est-il vraiment nouveau ?
Sébastien Galliot1 : D’après les chiffres qui circulent, 20 % de la population française serait aujourd’hui tatouée, même si tous les tatouages ne sont pas aussi spectaculaires les uns que les autres : cela va du mini-papillon sur la nuque aux immenses pièces qui couvrent le torse ou les bras, par exemple. Hommes, femmes, jeunes, vieux, riches ou pauvres… Toutes les catégories de population sont concernées. Pour autant, ce n’est pas une pratique aussi nouvelle qu’on le croit en Occident : déjà, à la fin du XIXe siècle, le tatouage faisait l’objet d’un réel engouement en Angleterre et aux États-Unis, avec des pièces d’une grande qualité artistique. On le trouvait chez les populations classiquement tatouées comme les marins ou les marginaux, chez les francs-maçons, qui portaient des dessins de leur loge sur le corps, ou encore parmi les membres de l’aristocratie anglaise…

Mais le tatouage remonte à bien plus loin que cela : c’est une pratique qui a toujours été présente en Europe depuis le Néolithique, avec des périodes de plus ou moins grande visibilité. Otzi, l’homme des glaces qui a vécu il y a 5 300 ans, comptait lorsqu’on a découvert sa momie pas moins de 61 marques sur tout le corps ! La tribu gauloise des Ligures utilisait le tatouage, de même que les Pictes d’Angleterre ou les légionnaires romains… En revanche, on perd la trace de cette pratique au Moyen Âge, probablement parce que le christianisme, alors tout puissant dans la société européenne, interdisait explicitement les marques sur le corps.

Pourquoi se tatoue-t-on aujourd’hui ?
S. G. : À l’ère de l’individu, le tatouage est un mode d’appropriation de soi et un marqueur d’identité, avec le recours à des iconographies très personnalisées. Mais il va au-delà de la simple manifestation narcissique : c’est pour certains un moyen de marquer des étapes importantes de la vie, en célébrant, par exemple, un parent décédé, ou la naissance d’un enfant, ou encore d’affirmer son appartenance à un groupe. Un peu comme si on cherchait à recréer des rituels dans une société qui en est aujourd’hui dépourvue… Aux Samoa, l’archipel de Polynésie où j’ai fait mon terrain d’anthropologue, on voit d’ailleurs débarquer beaucoup d’étrangers en quête d’authenticité et de « ritualisation » du tatouage. Pour autant, il ne faut pas croire que ces sociétés sont figées dans des pratiques ancestrales. Les tatouages d’Asie et du Pacifique ont autant irrigué la pratique occidentale actuelle qu’ils ont été influencés en retour.

Image
Dermographes et techniques antimicrobiennes n'ont pas mis longtemps à être adoptés par les sociétés polynésiennes (ici, à Moorea).
B. STICHELBAUT/hemis.fr

Comment s’effectuent ces échanges entre Asie-Pacifique et Occident ?
S. G. : Dès le début des années 1980, les grands noms du tatouage occidental se sont rendus en Orient et en Océanie et en ont ramené des savoir-faire et des motifs. Très inspiré par le Japon, l’Américain Don Ed Hardy est l’un des premiers à avoir introduit l’orientalisme dans le tatouage, ce qui a beaucoup fait pour la notoriété de cette pratique jusqu’alors réservée aux militaires, aux marginaux ou aux classes populaires. Le fameux tatouage « tribal », composé de longs aplats noirs curvilignes, est lui dérivé de motifs de Bornéo et de Micronésie. Mais les voyages ne sont pas à sens unique. Très vite, des résidences d’artistes à Hawaï ou à San Francisco ont permis d’accueillir les tatoueurs venus d’Asie. Ces interactions se font clairement sentir aux Samoa ou à Tahiti, où les techniques antimicrobiennes venues d’Occident ont été adoptées : désinfection du matériel, utilisation de gants en latex… Sans parler des innovations développées par les tatoueurs stars pour démultiplier les possibilités de leur art et qui irriguent la planète tout entière.

De quelles innovations parle-t-on dans cette pratique plusieurs fois millénaire ?
S. G. : Le tatouage consiste à introduire de l’encre sous le derme au moyen d’une aiguille afin de réaliser des motifs permanents. Pour cela, différentes techniques ont été imaginées à travers les âges et les continents : l’utilisation d’aiguilles et de fil enduit de pigment, le tatouage par percussion, toujours utilisé en Asie du Sud-Est et qui consiste à taper avec un petit marteau sur un percuteur pour faire entrer des pointes sous la peau... Encore aujourd’hui, la technique continue d’évoluer. Les dermographes, ces stylets électriques utilisés dans les salons de tatouage, sont ainsi capables de piquer la peau 150 fois par seconde !

Certains tatoueurs comme le Français Filip Leu ont même imaginé des systèmes permettant d’attacher plusieurs aiguilles ensemble afin de couvrir des zones plus larges. Ajoutez à cela que la palette des pigments s’est considérablement enrichie… Aujourd’hui, les tatoueurs qui ont une véritable pratique artistique ont les moyens de faire un Picasso si vous le leur demandez !.


Notes
1. Sébastien Galliot est chercheur au Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie (Credo, unité CNRS/EHESS/Univ. Aix-Marseille), à Marseille.




____________________________________________________________________________________________________________________________




Dermographes et techniques antimicrobiennes n'ont pas mis longtemps à être adoptés par les sociétés polynésiennes (ici, à Moorea).

On notera le dermo et le fil d'alimentation non protégés, l'absence de gant, ... bref les "techniques antimicrobiennes" sacrément bien appliquées. :mrgreen:
"Pigeon, Oiseau à la grise robe ~ Dans l'enfer des villes ~ À mon regard, tu te dérobes ~ Tu es vraiment le plus agile."
Avatar de l’utilisateur
Krän

Administrateur
 
Messages: 5548
Enregistré le: 27 Aoû 2013
Localisation: ¨¨
Genre: Homme
Remercié: 254 fois
  • Adresse Galerie

Re: ARTICLE - "La folie tatouage" CNRS-Le Journal

Messagepar Panthera » Sam 14 Fév 2015 16:12

Toutes les catégories de population sont concernées.

Y a au moins un chercheur qui l'a comprit :mrgreen:

je trouve "positif" le fait qu'un article sur le tatouage soit posté sur le site du "Centre national de la recherche scientifique".

Oui je trouve aussi l'article positif et neutre ce qui est très bien. J'en ai marre de lire des articles rédigés par des sociologues et des psychologues qui servent toujours la même soupe.

Dermographes et techniques antimicrobiennes n'ont pas mis longtemps à être adoptés par les sociétés polynésiennes (ici, à Moorea).
On notera le dermo et le fil d'alimentation non protégés, l'absence de gant, ... bref les "techniques antimicrobiennes" sacrément bien appliquées.:mrgreen:

J'avoue que pour le coup il a mal choisit l'image accompagnant son article :bfouet: mais il est vrai qu'il y a des tatoueurs polynésiens qui respectent les protocoles d'hygiène.
Avatar de l’utilisateur
Panthera

Investi
 
Messages: 1202
Enregistré le: 30 Oct 2013
Localisation: Menton
Genre: Femme
Remercié: 9 fois
  • Adresse Galerie

Re: ARTICLE - "La folie tatouage" CNRS-Le Journal

Messagepar Krän » Sam 14 Fév 2015 18:37

Panthera a écrit:J'avoue que pour le coup il a mal choisit l'image accompagnant son article :bfouet: mais il est vrai qu'il y a des tatoueurs polynésiens qui respectent les protocoles d'hygiène.

C'était une boutade ;), le contraste entre la photo et le propos m'a fait sourire. Ce n'était pas une remise en cause des tatoueurs polynésiens dont je ne connais pas le boulot... ;)
"Pigeon, Oiseau à la grise robe ~ Dans l'enfer des villes ~ À mon regard, tu te dérobes ~ Tu es vraiment le plus agile."
Avatar de l’utilisateur
Krän

Administrateur
 
Messages: 5548
Enregistré le: 27 Aoû 2013
Localisation: ¨¨
Genre: Homme
Remercié: 254 fois
  • Adresse Galerie

Re: ARTICLE - "La folie tatouage" CNRS-Le Journal

Messagepar Panthera » Dim 15 Fév 2015 10:01

C'était une boutade ;), le contraste entre la photo et le propos m'a fait sourire.

Oui je sais, sa m'a fais sourire aussi :pink:.
Avatar de l’utilisateur
Panthera

Investi
 
Messages: 1202
Enregistré le: 30 Oct 2013
Localisation: Menton
Genre: Femme
Remercié: 9 fois
  • Adresse Galerie

Re: ARTICLE - "La folie tatouage" CNRS-Le Journal

Messagepar Skogkatt » Dim 15 Fév 2015 11:22

Zut, je m'attendais à un article scientifique liant toutes les études des domaines: psycho, socio, anthro etc.
Skogkatt

Investi
 
Messages: 1044
Enregistré le: 11 Jan 2014
Localisation: Auvergne
Genre: Femme
Remercié: 9 fois

Re: ARTICLE - "La folie tatouage" CNRS-Le Journal

Messagepar Krän » Dim 15 Fév 2015 11:52

Le titre laissait quand même penser que ça n'allait pas être très "profond" comme ""étude"", limite digne d'un Zone Interdite. :D
"Pigeon, Oiseau à la grise robe ~ Dans l'enfer des villes ~ À mon regard, tu te dérobes ~ Tu es vraiment le plus agile."
Avatar de l’utilisateur
Krän

Administrateur
 
Messages: 5548
Enregistré le: 27 Aoû 2013
Localisation: ¨¨
Genre: Homme
Remercié: 254 fois
  • Adresse Galerie

Re: ARTICLE - "La folie tatouage" CNRS-Le Journal

Messagepar Skogkatt » Dim 15 Fév 2015 11:59

C'est vrai :lol:

Si ça se trouve, il y a peut-être moyen de trouver des thèses, articles dans les bases de données de recherche... je regarderai ça faut bien que mon inscription à la fac serve à quelque chose :ugeek:
Skogkatt

Investi
 
Messages: 1044
Enregistré le: 11 Jan 2014
Localisation: Auvergne
Genre: Femme
Remercié: 9 fois


Retourner vers Culture et Société

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 9 invités