Le tatouage dans la littérature

Un article sur le tattoo, un bon bouquin à partager, un sujet de société… Viens échanger et te cultiver dans cette zone.

Le tatouage dans la littérature

Messagepar Maudzi » Sam 20 Sep 2014 18:42

Bonjour à tous,

ma soeur est en première cette année et a donc un TPE à réaliser. Pour ceux qui ne connaissent pas c'est un dossier qu'il faut réaliser sur un sujet choisi qui regroupe 2 matières imposées; ici SES et français. Elle aimerait le faire sur le tatouage, mais avec la matière français elle doit intégrer une oeuvre littéraire à son dossier. Elle recherche donc une oeuvre (plutôt roman) qui traite des tatouages. Avez-vous des idées?
Avatar de l’utilisateur
Maudzi

Timide
 
Messages: 89
Enregistré le: 05 Nov 2013
Localisation: Bretagne
Genre: Femme
Remercié: 1 fois

Re: Le tatouage dans la littérature

Messagepar Daria » Sam 20 Sep 2014 19:04

Millenium? Si si la nana elle fait un tatouage à un moment donné :geek:
Avatar de l’utilisateur
Daria

Investi
 
Messages: 406
Enregistré le: 19 Déc 2013
Localisation: Léman
Genre: Femme
Remercié: 5 fois

Re: Le tatouage dans la littérature

Messagepar MrsJones » Sam 20 Sep 2014 19:12

Essaie Les Semeurs d'abîmes de Serge Brussolo.. Je te copie ce qu'on en dit:

Dans Les Semeurs d'abîmes, l'auteur évoque le cas des « tatouages mobiles », obtenus grâce à une encre tirée de la sueur acide de mutants, soigneusement gardés (un nouveau métier s'est créé, les « chasseurs d'enzyme »). Les tatouages ont la possibilité de se déplacer sur le corps de leurs propriétaires.

Tout le monde veut se faire tatouer de tels tatouages.

Mais un jour, on découvre que ces tatouages mobiles passent d'un corps à un autre, tout en brûlant et perçant, à cause de l'acide, le derme de leurs porteurs.

Il faut donc trouver un antidote avant que les centaines de millions de tatoués meurent, d'autant plus qu'à l'instar des tatouages, leurs porteurs se mettent eux-aussi à migrer dans un mouvement incoercible. Des millions de gens tatoués se mettent à marcher sur les routes, sans objectif ni but, dans une folie migratoire mortelle, avec pour conséquence possible la fin de notre civilisation basée sur la sédentarité.

L'héroïne, Lise, qui est une ancienne tatoueuse et qui comprend que sans antidote elle va mourir, n'a que peu de temps pour trouver cet antidote...

Je continue à chercher...
Sinon t'es tatoué, toi? Ben non! T'as déjà vu une Ferrari avec des autocollants???

viewtopic.php?f=14&t=4808
Avatar de l’utilisateur
MrsJones

Investi
 
Messages: 609
Enregistré le: 06 Avr 2014
Localisation: Belgique
Genre: Femme
Remercié: 7 fois

Re: Le tatouage dans la littérature

Messagepar Squelch Sasquatch » Sam 20 Sep 2014 20:30

Il y a l'excellent Je te retrouverai de John Irving. Le personnage principal est le fils d'une tatoueuse. Il part à la recherche de son père, absent, mort probablement, en retraçant le parcours que sa mère a elle-même suivi à travers l'Europe des années plus tôt, un tatouage après l'autre.
C'est un très beau roman, l'univers du tatouage y est très présent, quoique fantasmé, et il est de bonne qualité d'un point de vue littéraire.

Dans un autre registre, elle peut essayer L'Homme illustré de Ray Bradbury, un recueil de nouvelles de science-fiction. Les nouvelles ne traitent pas de tatouage, mais le récit enchâssant est celui d'un employé de cirque au corps entièrement tatoué. Chacun de ses tatouages prend vie et raconte une histoire. Symboliquement, ça peut être intéressant.
Avatar de l’utilisateur
Squelch Sasquatch

Chroniqueuse
 
Messages: 1258
Enregistré le: 27 Sep 2013
Localisation: Sous le signe du V
Genre: Non spécifié
Remercié: 144 fois
  • Adresse Galerie

Re: Le tatouage dans la littérature

Messagepar MrsJones » Sam 20 Sep 2014 20:42

J'ai trouvé ça:

"Tatouages, livre 1" de Ana Alonso & Javier Pelegrin:

"Alex découvre que son amoureuse, Jana, et son frère David font commerce de tatouages magiques qui révèlent les gens à eux-mêmes. Par ce biais, il prend conscience qu’il est un magicien d’une ancienne caste et qu’un ennemi terrible, le Gardien Ultime, prépare une guerre"

--> ça vient de sortir.. (avril 14)

Il faut croire que pas mal de romans évoquant les tatouages sont des trucs futuristes avec des tattoos synonymes de danger, de vies parallèles, tout ça...
Sinon t'es tatoué, toi? Ben non! T'as déjà vu une Ferrari avec des autocollants???

viewtopic.php?f=14&t=4808
Avatar de l’utilisateur
MrsJones

Investi
 
Messages: 609
Enregistré le: 06 Avr 2014
Localisation: Belgique
Genre: Femme
Remercié: 7 fois

Re: Le tatouage dans la littérature

Messagepar stumpyjoe » Sam 20 Sep 2014 22:40

Pas seulement... Il y a une nouvelle de Tanizaki qui s'appelle "Le Tatouage" (1910). Elle est parue dans un recueil de nouvelles. C'est un auteur classique japonais, sans doute mieux accepté par un prof de français que Brussolo ou Larsson.
Evidemment, il y a aussi le Montalban, "Tatouage" je crois, dans lequel Pepe Carvalho enquête sur un homme tatoué qui est retrouvé noyé à Barcelone. C'est une des premières enquêtes de Carvalho, et si mes souvenirs sont bons (ça fait longtemps que je l'ai lu), ça part un peu dans tous les sens.
Avatar de l’utilisateur
stumpyjoe

Investi
 
Messages: 467
Enregistré le: 28 Sep 2013
Localisation: Albi
Genre: Homme
Remercié: 12 fois

Re: Le tatouage dans la littérature

Messagepar MrBrightside » Dim 21 Sep 2014 09:04

Ou alors la description des tatouages tribaux de Queequeg dans Moby Dick d'Herman Melville. Dans le même roman, Ishmael n'ayant rien sous la main pour écrire les dimensions d'un squelette de baleine vu dans les îles du Pacifique, qu'il demande à la tribu locale de lui tatouer les mensuration de la bête sur le bras :P
Croquer la fouf.
En cours-Manchette florale, Flo Amblard
Aventure scar.
Avatar de l’utilisateur
MrBrightside

Investi
 
Messages: 651
Enregistré le: 11 Nov 2013
Localisation: Paris
Genre: Homme
Remercié: 17 fois
  • Adresse Galerie

Re: Le tatouage dans la littérature

Messagepar PasdAntidote » Dim 21 Sep 2014 17:31

Monsieur Malaussène de Daniel Pennac
où des jeunes filles tatouées par des grands maîtres sont enlevées par des "collectionneurs" qui les tuent et découpent leurs pièces.

Mais c'est un gros roman et c'est loin d'être la seule intrigue.
Sais-tu ma petite fille, pour la vie il n'est pas d'antidote...
Avatar de l’utilisateur
PasdAntidote

Timide
 
Messages: 16
Enregistré le: 18 Jan 2014
Localisation: Paris
Genre: Non spécifié
Remercié: 1 fois

Re: Le tatouage dans la littérature

Messagepar Squelch Sasquatch » Dim 21 Sep 2014 18:37

Après, on peut aussi imaginer la composition d'un corpus de textes, par extraits, plutôt que de lier un seul roman qu'il sera peut-être difficile de faire coller entièrement à la problématique. Réaliser ce type d'exercice l'année du bac de français, c'est également très formateur, et c'est un exercice littéraire auquel un professeur de français devrait être sensible.
Avatar de l’utilisateur
Squelch Sasquatch

Chroniqueuse
 
Messages: 1258
Enregistré le: 27 Sep 2013
Localisation: Sous le signe du V
Genre: Non spécifié
Remercié: 144 fois
  • Adresse Galerie

Re: Le tatouage dans la littérature

Messagepar Maudzi » Dim 21 Sep 2014 21:08

Merci pour vos pistes (toujours preneuse de nouvelles ;) ). Elle a noté les références et va en parler à sa prof de français. J'avais aussi pensé à des extraits de différentes oeuvres, elle va voir si c'est possible.

Encore merci
Avatar de l’utilisateur
Maudzi

Timide
 
Messages: 89
Enregistré le: 05 Nov 2013
Localisation: Bretagne
Genre: Femme
Remercié: 1 fois

Re: Le tatouage dans la littérature

Messagepar desperados61 » Lun 22 Sep 2014 06:42

Mélanie FAZI a écrit une nouvelle dont le thème central est le tatouage. A lire dans son recueil Serpentine.
Mon univers sombre
22 juin 2018 : Jack Ribeiro _ Épinal Tattoo Show
Avatar de l’utilisateur
desperados61

Donatrice
 
Messages: 1642
Enregistré le: 16 Oct 2013
Localisation: Vosges
Genre: Femme
Remercié: 19 fois
  • Adresse Galerie

Re: Le tatouage dans la littérature

Messagepar Grenouille » Lun 22 Sep 2014 11:21

Il y a aussi le très beau "Michel-Ange électrique", de l'anglaise Sarah Hall, traduit par Jean Guiloineau chez Christian Bourgois Editeur en 2004.
Il a été aussi publié chez 10/18.

Un roman superbe et noir (mais qui finit sur une note d'espoir), à l'écriture très riche (j'avoue parfois un peu ardue à lire, mais seulement sur quelques passages isolés) et très documentée, une histoire prenante lorsqu'on a réussi à lire le premier chapitre selon moi... Ce premier chapitre est consacré à décrire l'enfance de Cyril Parks (Cy) et de ses copains, pendant la 1ère Guerre mondiale, dans une station balnéaire du nord de l'Angleterre. Sa mère s'occupe d'un hôtel le jour et, la nuit, procède à des avortements clandestins...
C'est au second chapitre (6 en tout, partagés en deux grandes parties) que les choses sérieuses se dessinent : Cy, orphelin de père (mort la veille de sa naissance), va trouver en a personne de Riley, tatoueur assez lunatique (mais surtout successivement enthousiaste ou déprimé), un père spirituel doublé d'un maître d'apprentissage.
Plus tard, soit après quelques années passées à tatouer avec Riley, Cy traverse l'Atlantique, se retrouve à Coney Island, et devient tatoueur dans une fête foraine. Au milieu des monstres de foire, le jeune homme découvre l'amour sous les traits d'une acrobate...

Je ne peux pas en dire plus, mais je me souviens avoir adoré cette lecture. ;)
Avatar de l’utilisateur
Grenouille

Timide
 
Messages: 23
Enregistré le: 09 Oct 2013
Localisation: Sur les flots
Genre: Femme
Remercié: 0 fois


Retourner vers Culture et Société

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités