Page 1 sur 1

ARTICLE - Libération : Misères et contresens du tatouage

MessagePosté: Sam 12 Oct 2019 15:52
par jpa63
https://www.liberation.fr/debats/2019/1 ... ge_1757046

Article à gerber avec raccourcis faciles...

Re: ARTICLE - Libération : Misères et contresens du tatouage

MessagePosté: Sam 12 Oct 2019 15:57
par Kini
En fait Libération, quand ils n'ont pas d'article sous la main, ils prennent un commentaire facebook un peu long, ils mettent un titre en gras, et PAF, un article :mrgreen:

Re: ARTICLE - Libération : Misères et contresens du tatouage

MessagePosté: Sam 12 Oct 2019 17:26
par Squelch Sasquatch
Reductio ad hitlerum dès le deuxième paragraphe, est-il besoin d'aller plus loin ?

Re: ARTICLE - Libération : Misères et contresens du tatouage

MessagePosté: Sam 12 Oct 2019 18:00
par Kraken
"L'auteur" est connu pour le ton douteux de ces chroniques (et déjà bien critiquer sur celle de Starbucks)

Re: ARTICLE - Libération : Misères et contresens du tatouage

MessagePosté: Sam 12 Oct 2019 18:12
par Coin-coin le Canapin
Ce marquage indélébile n’est plus réservé aux seuls prisonniers ou aux mauvais garçons.

Rien que là ça part mal : même en restant en france, en remontant un peu plus dans le temps le tatouage s'arborait dans des milieux bourgeois, où les tatouages exotiques (genre de l'orient) étaient prisés. Sauf erreur, n'étant pas spécialiste, mais il me semble bien avoir lu ça dans un livre.

D'ailleurs, plus loin dans le texte :
Je suis moins contre les tatouages que contre leur volonté artistique, qui tue l’innocence de mauvais goût qu’elle avait autrefois.

Mais autrefois quand ? À partir de quelle date on s'arrête, et pourquoi ?

C'est effectivement un ènième article d'un type qui parle de quelque chose qu'il ne connaît pas, sur laquelle il n'a pas jugé intéressant de se renseigner et qui ne veut sans doute que provoquer en utilisant ses compétences littéraires. Ça n'a pas grand intérêt (et il y a fort à parier que si on le contacte pour établir un discours constructif sur le sujet, il va ignorer la chose).
Cela dit le côté provoquant est assez réussi : je me sens provoqué et je déplore complètement que quelqu'un de sans doute très capable intellectuellement utilise son énergie et son temps pour pondre des textes aussi merdiques.

edit : Ça vous dit pas on écrit un "droit de réponse" générique qui raconte de façon succincte (et surtout : pacifique et bienveillante) l'histoire du tatouage dans la société, son évolution, sa culture et sa portée artistique actuelle ? Un truc qu'on peut envoyer facilement à quiconque écrit des textes aussi nuls et plein de préjugés. Ça pourrait être un texte présent sur une page web toute conne, sans liens, pas un "vrai site", juste un truc facile et rapide à consulter.

Re: ARTICLE - Libération : Misères et contresens du tatouage

MessagePosté: Sam 12 Oct 2019 18:20
par syola
Qu'est-ce que j'aime ces chroniqueurs qui font des belles phrases pour ce faire mousser... j'aime aussi celui qui nous soutient que le tatouage est conservateur tout en nous expliquant deux paragraphes plus loin que c'était mieux avant. :mrgreen:
Enfin bon, un chroniqueur habitué à la provoc, je sais pas si ça vaut le coup de perdre du temps avec lui.

N'empêche, la citation d'Adolf Loos je me la garde de coté : «Quand un tatoué meurt en liberté, c’est qu’il est mort quelques années avant d’avoir commis un meurtre.» ! Peut-être me la faire tatouer, tiens.

Coin-coin le Canapin a écrit:en remontant un peu plus dans le temps le tatouage s'arborait dans des milieux bourgeois, où les tatouages exotiques (genre de l'orient) étaient prisés. Sauf erreur, n'étant pas spécialiste, mais il me semble bien avoir lu ça dans un livre.

Si je dis pas de connerie c'était plus chez les aristocrates que les bourgeois. Mais bon, on s'est compris.

Re: ARTICLE - Libération : Misères et contresens du tatouage

MessagePosté: Sam 12 Oct 2019 18:25
par Coin-coin le Canapin
Merci de la précision. Je ne connais pas la différence entre ces deux termes, en fait. :mrgreen:

Re: ARTICLE - Libération : Misères et contresens du tatouage

MessagePosté: Sam 12 Oct 2019 18:40
par Squelch Sasquatch
syola a écrit:Qu'est-ce que j'aime ces chroniqueurs qui font des belles phrases pour ce faire mousser... j'aime aussi celui qui nous soutient que le tatouage est conservateur tout en nous expliquant deux paragraphes plus loin que c'était mieux avant.


Et qu'il préfère "l'innocence de mauvais goût" de l'ancien, tout en appréciant des tatouages "raffinés" (c'est à dire qu'on ne voit pas si j'ai bien compris), mais déplore le mauvais goût de la majorité des tatouages actuels.

Coin-coin le Canapin a écrit:Je ne connais pas la différence entre ces deux termes, en fait. :mrgreen:


Très rapidement : les aristocrates sont des nobles, pas les bourgeois. La différence peut sembler dérisoire aujourd'hui mais ce sont au départ des classes sociales différentes, l'une ayant des privilèges liés à la naissance, les autres grimpant l'échelle sociale en gagnant de l'argent.

Re: ARTICLE - Libération : Misères et contresens du tatouage

MessagePosté: Sam 12 Oct 2019 19:01
par Coin-coin le Canapin
Merci !

Re: ARTICLE - Libération : Misères et contresens du tatouage

MessagePosté: Dim 13 Oct 2019 16:20
par syola
Squelch Sasquatch a écrit:Et qu'il préfère "l'innocence de mauvais goût" de l'ancien, tout en appréciant des tatouages "raffinés" (c'est à dire qu'on ne voit pas si j'ai bien compris), mais déplore le mauvais goût de la majorité des tatouages actuels.

Oui.
C'est d'ailleurs pas la première fois que je vois ce genre d'énergumène, du genre à détester les tatouages sauf les trucs très fins façon single needle tattoo. Ce sont souvent les mêmes qui te disent que, à cette exception près, "les tatouages c'est pas féminin".

Re: ARTICLE - Libération : Misères et contresens du tatouage

MessagePosté: Mer 16 Oct 2019 12:48
par La Pendule
J'avais loupé cet article... suis un peu déçu, d'habitude j'aime m'autojustifier en rigolant de ce que je lis en partant dans un troll interne, mais là c'est assez vide en fait.

Ce que j'en retiens "j'aime pas les tatouages car ça m'agresse l’œil, c'est trop, ça me met mal à l'aise", on a juste envie de répondre "on s'en tape". C'est un peu comme dire "j'ai du mal avec les gens qui ont des poussettes ils prennent de la place ça m'agresse". Ben tant pis pour toi... c'est tellement vide comme contenu qu'il n'y a même pas le plaisir de troller en répondant :sad: