AMPUTATIONS - Témoignages

Ici on traite de toutes les autres modifications corporelles.
/!\ Les jugements de valeurs n'y sont pas les bienvenus, même si certaines pratiques peuvent heurter ta sensibilité… /!\

Re: AMPUTATIONS - Témoignages

Messagepar Coin-coin le Canapin » Mer 21 Fév 2018 17:21

Tic-Toc a écrit:Pourquoi le terme wannabe ne conviendrait-il pas?

C'est pas que ça ne "convient pas", c'est juste que c'est un terme ultra générique utilisé pour désigner n'importe qui qui aspire à devenir quelqu'un d'autre, quoi que cela puisse signifier. Or on parle là d'un contexte très précis.
Avatar de l’utilisateur
Coin-coin le Canapin

Investi
 
Messages: 400
Enregistré le: 16 Nov 2013
Localisation: ̧ ̧
Genre: Non spécifié
Remercié: 2 fois

Re: AMPUTATIONS - Témoignages

Messagepar Mello » Dim 25 Fév 2018 02:15

Avant de penser à l'amputation - peu importe les raisons - faut aussi se pencher sur les conséquences : vivre avec un handicap - surtout l'absence d'une jambe - c'est franchement pas facile tous les jours. Ni pour soit ni pour ses proches. Et ce que ce soit dans tout ce qui est conséquences ''pratiques'' (se lever, se doucher, marcher, travailler, faire du sport ...) ou médicales (parce que pour le cerveau, ce n'est franchement pas évident d'apprendre à vivre avec un bout en moins, et les douleurs neurologiques, c'est franchement pas un cadeau à vivre au quotidien).
Avatar de l’utilisateur
Mello

Investi
 
Messages: 396
Enregistré le: 08 Aoû 2015
Localisation: Lorraine
Genre: Non spécifié
Remercié: 6 fois

Re: AMPUTATIONS - Témoignages

Messagepar DojoD » Dim 25 Fév 2018 19:32

Ça fait des semaines que je scrute ce sujet en attendant que murissent mes réflexions.

Pas facile de conceptualiser autour de la question de l'amputation volontaire d'un membre sain.
Jusque là, je n'y avais été confronté que par le versant de la psychopathologie pour le cas d'une patiente dans le service où je bossais il y a une quinzaine d'années.
Or, j'avoue que mes récentes lectures et le fait de fréquenter ce forum m'amènent à me poser beaucoup de questions sur ce thème. D'abord plongé dans une profonde perplexité, aujourd'hui des début de pensées plus élaborées commencent à se former ; le but pour moi étant de donner un sens à ce désir voire cet acte aussi extrême, tenter de m'expliquer le probablement inexplicable afin de mieux le comprendre, mieux l'accepter et moins le juger.

Ce ne sont donc là que des embryons de réflexions mais j'entrevois 3 grands axes de motivations/raisons pouvant pousser une personne dans cette voie ; l'un n'excluant pas les autres et ne s'appliquant pas de manière plaquée à chaque cas :

1. La psychopathologie :
Bien que ce champs ait été plus ou moins abordé auparavant dans ce topic de façon parfois un peu amalgamée et caricaturale, je pense qu'il existe bien une forme de pathologie psychiatrique ou trouble psychologique pouvant pousser une personne à s'amputer un membre.
De façon simplifiée et très schématique (il ne s'agît pas de faire un cours de psycho ;) ), rappelons que chaque partie de notre corps est investie de façon différente par des mouvements affectifs et symboliques.
L'exemple le plus courant est celui des zones érogènes : communes entre les individus pour certaines principales, comme les zones génitales, elles peuvent être très variables pour les secondaires. Ainsi, certains pourront être particulièrement excités par la stimulation des lèvres lors des baisers mais aussi les lobes d'oreilles, le cou, le creux des genoux, le dos, les pieds, les seins, etc. Bien que cette sensibilité particulière utilise des voies et fonctions neurophysiologiques, les raisons ou processus qui en font des zones érogènes sont davantage symboliques, psychologiques conscientes, inconscientes et de fait propre à chacun.
Ces mécanismes peuvent parfois prendre des tournures particulières et attribuer (déplacer) une fonction sexuelle exclusive à des parties du corps voire des accessoires extérieurs. C'est le cas du fétichisme, par exemple, où le sentiment d'accomplissement sexuel (l'orgasme) ne peut être atteint que grâce au fétiche (pied, bas, chaussures, lingerie, clé à molette, etc.)
On ne parle pas ici de pathologie mais plutôt de "déviance", à entendre dans le sens de "déviation", ce qui a changé de voie par rapport à la pratique la plus commune. Donc, rien de dévalorisant ni péjoratif dans ce terme, n'est-ce pas !

Tout ça pour rappeler, l'importance symbolique et le rôle particulier que nous pouvons attribuer à certaines parties de notre corps. Certain(e)s apprécieront davantage leurs mains, leur dos, leur poitrine, torse, etc. pour des raisons qui leur sont propres et nous savons notamment ici plus qu'ailleurs ô combien le tatouage et le piercing participent à ce but !... ;)

Dès lors, il peut très bien être envisagé dans certains cas qu'un bras, une jambe, une phalange, une oreille, etc. deviennent l'objet/cristallisation d'un conflit, trouble ou mécanisme psychopathologique sous-jacent.
Je pense d'une part, que si l'on peut aimer une partie de son corps, on peut tout autant la détester, la haïr voire avoir envie de s'en séparer et d'autre part, que le choix du membre à amputer et toutes les conséquences fonctionnelles qui en découlent ont une valeur précise et importance symbolique capitale !
Mais ce qui me rapproche de la notion de psychopathologie dans cette situation est le fait que l'individu soit en souffrance et pris dans des mécanismes qui suppriment son libre arbitre. Le désir ou plutôt la pulsion d'amputation s'impose à lui comme un besoin impérieux et en symptôme qui fait écran à un trouble plus profond.

NB : Je ne parle pas ici des pathologies psychiatriques fortes avec ou sans perception altérée de la réalité comme la schizophrénie, l'autisme ou de très fortes névroses où les cas d'auto-mutilations sont hélas fréquents. J'ai vu des choses que je n'aurai jamais cru possibles et je me souviens encore d'un jeune patient de 17 ans qui me disait qu'il courait régulièrement dans la rue après ses jambes qui essayaient de lui échapper... ;)


2. Le Trouble Neurologique Sensoriel.
La perception que nous avons de nous-même dépend d'une part de notre "Image du corps" (part subjective : la personne que nous sommes à nos yeux et celle que nous pensons présenter aux yeux du monde)
Concept développé en 1er par Paul Schilder puis Françoise Dolto et J. D. Nasio (cf. l'excellent "Mon corps et ses Images") et qui renvoie aux investissements affectifs dont je parlais en 1

et d'autre part de notre "Schéma Corporel" (part objective) : en tant qu'humains, nous avons tous conscience en temps normal d'avoir un corps formé sur le même modèle, c'est à dire 2 bras, 2 jambes, un dos, un ventre, une tête, etc. mais aussi que "mon" corps est le mien et pas le même que celui d'un autre. Nous avons conscience du volume et de la place qu'occupe ce corps dans l'espace et c'est notamment ce qui nous permet de nous mouvoir sans nous cogner partout.
Pour bien faire cela, il faut que notre cerveau reçoive les informations sur les sensations des différentes parties de notre corps.
Concept développé par Sherrington fin XIXème s. puis retrouvé dans l'ensemble des neurosciences


Or, il ne serait pas absurde d'envisager que des perturbations neurologiques puissent entrainer une perception d'une partie du corps comme étrangère à soi-même. On la sentirait, la verrait mais on aurait l'impression qu'elle ne fait pas partie de soi.
(Je me souviens notamment d'un monsieur qui décrivait ce genre de sensation à propos d'une jambe suite à un Accident Vasculaire Cérébral.)
Ce serait l'équivalent inversé de la sensation de membre fantôme (sentir un membre qui n'existe plus).
Je renvois à ce propos à la nouvelle "La femme désincarnée" d'Olivier Sacks, présente dans l'excellent Recueil "L'Homme qui prenait sa femme pour un chapeau" :)
Cette nouvelle décrit parfaitement le ressenti d'une jeune femme atteinte d'un accident neurologique majeur et qui perd la sensation de son propre corps. Elle en venait peu à peu jusqu'à douter de la réalité de sa propre existence.

Ainsi, j'ai mémoire d'avoir vu durant mes études des témoignages de personnes exprimant des désirs d'amputation de membres dont ils ne reconnaissait pas l'appartenance à leur propre corps et dont ils se sentaient embarrassés.

3. La Bod-Mod !
Modifier son corps. Cette motivation est de loin celle qui m'est le plus difficile à cerner.
Pourtant, c'est bien le cœur du propos de ce forum et cela revêt bien des aspects (tattoos, scars, piercings, etc.)
La lecture de "Meet Tommy" génère des émotions et réflexions encore difficiles à comprendre et exprimer car à des années-lumière de ce que je connaissais jusque-là.
Je pense que certaines personnes peuvent en venir au désir d'amputation par un parcours lié à leurs expérimentations corporelles. Il y a tout un cheminement physique, psychique, culturel, spirituel et philosophique à travers nos modifications ; parfois, des choses que l'on ne comprend pas soi-même et qui se révèlent à nous plus tard. Je me souviens de la douleur différente de chaque piercing et tattoo mais aussi du plaisir (physique et satisfaction mentale) de chacun ; l’appréhension qui a précédé à chaque fois, le processus de cicatrisation comme un temps d'incorporation, d'appropriation ; le sentiment d'évolution, etc.
Serait-il possible que des individus voient dans le fait de se séparer définitivement d'une partie de leur corps comme un renoncement absolu, physique et philosophique à une partie d'eux-même ainsi qu'aux fonctions qui en découlent : abandon de l'acte de pénétration sexuelle, de marcher, d'écrire ou serrer une main, etc. ? Une forme d'aboutissement ou d'absolutisme d'un long processus philosophique et spirituel ?
On peut par ailleurs voir des formes d'ablations dans des castes ou groupes sociaux, ce qui montre à quel point ce geste peut être chargé de codes sociaux et dépasser le cadre de la pathologie mentale.


Voilà, désolé pour ce post fleuve. La réflexion me démangeait depuis un petit moment. :pink:
J'espère ne pas trop polluer le topic avec un post aussi long.
Avatar de l’utilisateur
DojoD

Timide
 
Messages: 95
Enregistré le: 21 Mar 2016
Localisation: Pays de la Loire
Genre: Homme
Remercié: 10 fois

Re: AMPUTATIONS - Témoignages

Messagepar Coin-coin le Canapin » Dim 25 Fév 2018 20:09

DojoD a écrit:Voilà, désolé pour ce post fleuve.
[…]
J'espère ne pas trop polluer le topic avec un post aussi long.

S'excuser de faire un message long ? Est-on tombé si bas ? :mrgreen:

Dommage qu'on puisse pas "trouver ce message utile" plusieurs fois avec un même compte :mrgreen:

Ton message est très intéressant. J'ai lu la (médiocre) BD adaptée de "L'homme qui prenait sa femme pour un chapeau", le cas qui m'avait le plus fasciné était celui du jeune homme devenu apathique suite à des lésions du cerveau après une asphyxie (cause échappement de voiture). Conseilles-tu le livre original ? Est-ce que son âge (1992) rend certaines analyses moins pertinentes suite aux avancées médicales faites depuis ? Je vais sûrement me le chopper. Puisque tu as l'air d'en connaître un rayon, je suis à la recherche de bouquins "documentaires" sur certains troubles psychiques ou neurologiques. Genre la schizophrénie, ou des altérations des sens ou de la perception du monde réel. Des études de cas, pas trop hardos (pas destinées à des professionnels de la médecine) mais pas trop romancé non plus. Si tu as ça sous la main… Un exemple de la forme qui m'intéresse est l' "enquête mondiale sur les tueurs en série" de Stéphane Bourgouin qui est exhaustive, très documentée et pas vraiment sensationnaliste). Si jamais t'as des titres sous la main.

Fin du HS. :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Coin-coin le Canapin

Investi
 
Messages: 400
Enregistré le: 16 Nov 2013
Localisation: ̧ ̧
Genre: Non spécifié
Remercié: 2 fois

Re: AMPUTATIONS - Témoignages

Messagepar Jool's » Mar 11 Sep 2018 22:08

pour Catalan, je ne suis pas dans ce cas, mais si jamais Emilio Gonzalez à déjà réalisé une amputation des deux jambes.. sauf erreur il a échanger par message pendant pas mal de temps avant de réalisé l'intervention...
Avatar de l’utilisateur
Jool's

Curieux
 
Messages: 154
Enregistré le: 15 Jan 2016
Localisation: Suisse
Genre: Homme
Remercié: 0 fois
  • Adresse Galerie

Précédente

Retourner vers Scarification, implants, splits, ...

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités